7 choses que les gens du New Jersey doivent expliquer aux gens de l'extérieur


1. Le clivage Nord-Sud (Centre)

Lorsque des gens de l'extérieur demandent à quoi ressemble le New Jersey, nous devons commencer par expliquer qu'il n'y a pas un seul Jersey. En termes simples, North Jersey se rapporte davantage à New York, tandis que South Jersey détient une allégeance à Philadelphie. L'endroit où vous avez été élevé détermine les équipes sportives que vous soutenez - Yankees vs Phillies, Giants vs Eagles - si vous utilisez le mot `` sub '' ou `` hoagie '', et si vous étiez plus susceptible de courir vers un 7-11 ou un Wawa. pour votre collation de fin de soirée. Ensuite, il y a Central Jersey. Nous ne nous adaptons pas proprement au nord plus industriel ou au sud agricole, et nos villes sont nettement plus libérales que partout ailleurs dans l’État. Bien que les lignes de démarcation ne soient pas faciles à indiquer sur une carte, toutes les personnes que vous rencontrez lors de votre visite dans l’État pourront vous dire de quel Jersey elles sont originaires.

2. Nous ne sommes pas les acteurs de Jersey Shore

Que nous soyons originaires du nord, du sud ou du centre de Jersey, aucun d’entre nous ne devient le casting de Jersey Shore lorsque le soleil se lève ce premier week-end d’été. Nous avons plus de 100 miles de côtes magnifiques riches en histoire, mais parce qu'il suffit d'être très bruyant, ivre et en colère pour être à la télévision, Jersey Shore est malheureusement devenu un élément important de la définition de la façon dont notre État est perçu. Plus de membres de la distribution de Jersey Shore ont grandi à Staten Island qu'à Jersey, tandis que toutes les personnalités centrales de la série sont nées et ont grandi New-Yorkais. Nous ne sommes pas l’État qui a créé Jersey Shore - nous sommes simplement l’endroit où ils se sont combinés en une seule entité bronzée géante.

3. Nous sommes en fait «The Garden State»

Pour l'État le plus densément peuplé du pays, tristement célèbre pour nos villes proches de l'aéroport et notre propension à accélérer sur les autoroutes, nous avons également une quantité et une variété surprenantes de beautés naturelles. La réserve nationale des Pinelands couvre 1,1 million d'acres, tandis que le New Jersey abrite également plus de 9 000 fermes. Notre petit État est classé 3e au pays pour la production de canneberges, d'épinards et de poivrons, et nous sommes également parmi les 5 premiers pour les pêches et les bleuets. Les visiteurs de l'extérieur peuvent être surpris de la quantité de temps qu'ils passent dans le New Jersey à faire de la randonnée, du canoë ou des pique-niques dans des fermes familiales.

4. Comment naviguer dans un Jughandle

Dans le New Jersey, vous devez souvent tourner à droite pour vous rendre sur le côté gauche de l'autoroute. Présentation de tous les nouveaux arrivants: le Jughandle.

Parce que nous sommes également un État avec certains des pilotes les plus rapides du pays, le jughandle est originaire du New Jersey pour assurer la fluidité du trafic. Au lieu de feux de signalisation avec des signaux uniquement à gauche ou de forcer les voitures à basculer dans la voie de gauche plus rapide, risquant des accidents et ralentissant les autres conducteurs, nous avons conçu nos routes avec des sorties uniquement à droite qui bouclent les conducteurs de l'autre côté.

C'est certainement une source de confusion pour les hors-tours, ce qui prête à l'argument selon lequel les jongleurs sont en fait plus dangereux, mais pour ceux qui sont élevés dans le New Jersey, cette particularité est une seconde nature.

5. Le diable de Jersey

Tous les habitants de l'extérieur qui traversent les Pine Barrens peuvent être curieux d'en savoir plus sur le Jersey Devil résidant. Cette créature mystérieuse vit dans les vastes terres boisées du sud de Jersey où il est resté caché pendant plus de 250 ans, sortant furtivement la nuit pour attaquer l'étrange ferme.

La plupart des histoires d’origine prétendent qu’une Mme Leeds d’Estellville était si malheureuse de découvrir qu’elle était enceinte pour la treizième fois qu’elle a crié: «Que ce soit le diable!» Et son cri est devenu réalité. Le bébé est né diable et s'est enfui, volant par la fenêtre et dans la terre marécageuse voisine où il vit depuis.

Il y a eu d'innombrables observations d'une créature dans la région, souvent décrite comme un animal ressemblant à un kangourou avec la tête d'un chien, des ailes comme une chauve-souris, des cornes, des sabots et une queue. De nombreux habitants racontent un étrange hurlement entendu perçant la nuit dans la région, une signature du «diable de Leeds».

6. Nuit des méfaits

En parlant d'histoires effrayantes, les visiteurs de l'extérieur des tours en octobre apprendront que nous aimons tellement Halloween que nous commençons à célébrer la veille. Mischief Night est un terme originaire de Grande-Bretagne pour décrire une nuit de chaos avant le 1er mai ou le jour de Guy Fawkes. Apparemment, lorsque cette tradition a «traversé l’étang», elle n’est vraiment restée que dans le New Jersey et est devenue un label pour la nuit précédant Halloween.

Certaines villes du New Jersey appellent également cette occasion «Cabbage Night» ou «Goosey Night», mais tout se résume à la célébration de la partie «astuce» du «truc ou traitement». Une nuit de chaos et de farces, vous risquez de faire grignoter votre maison le 30 octobre si vous vivez à Jersey. La plupart des habitants de l'extérieur ne seront pas familiers avec cette coutume, car le New Jersey est le seul État des États-Unis où la majorité des résidents reconnaissent l'existence de Mischief Night.

7. Nous ne sommes pas un état de déchets

Lorsque les étrangers visitent le New Jersey, ils sont toujours prompt à exprimer leur surprise que nous ne sommes pas le «maillot sale» qu’ils pensaient que nous serions. "Wow, c'est vraiment vraiment sympa!", Pourrait s'exclamer votre invité. Quiconque de passage apprendra bientôt qu’il n’a pas vraiment besoin de plaindre ceux d’entre nous qui habitent le New Jersey. Nous ne nions pas nos défauts, mais nous avons aussi beaucoup à souligner dont nous sommes fiers et nous serons heureux de montrer à tous les étrangers ce qui nous rend uniques.


Nord-est: restrictions liées au coronavirus par État

Un panneau d'affichage dans le centre de Manhattan indique "Take Out To Help Out, le mois dernier à New York. Mark Lennihan / AP masquer la légende

Un panneau d'affichage dans le centre de Manhattan indique "Take Out To Help Out, le mois dernier à New York.

NPR suit les développements liés au coronavirus dans les 50 États, à Porto Rico et dans le district de Columbia afin que vous puissiez lire la réponse COVID-19 de votre État et comment elle se compare aux autres. Cet aperçu se concentre sur les mesures à l'échelle de l'État - les juridictions locales peuvent varier.

Connecticut

Quelle est la grande image?

  • Le Connecticut est passé de la phase 3 de son plan de réouverture à une phase 2.1 modifiée, resserrant les restrictions sur les rassemblements et certaines entreprises en réponse à une augmentation des cas de COVID-19.
  • Des masques ou des revêtements faciaux en tissu sont nécessaires lorsqu'une personne est en public et ne peut pas maintenir une distance de six pieds des autres, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur.
  • Le tableau de bord COVID-19 de l'État montrant les cas, les décès et les hospitalisations est ici.

Quelles sont les règles pour voyager et se rassembler?

  • Un avis de voyage oblige les visiteurs de certains États et pays à se mettre en quarantaine pendant 14 jours à leur arrivée. La liste des emplacements est mise à jour tous les mardis.
  • Les rassemblements privés, sociaux et récréatifs dans les lieux commerciaux sont limités à 25 personnes à l'intérieur et 50 à l'extérieur. Les rassemblements dans les résidences privées sont limités à 10 personnes tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Les rassemblements religieux en salle sont limités à une capacité maximale de 50%, plafonnée à 100 personnes.

Qu'est-ce qui est ouvert et qu'est-ce qui est restreint ou fermé?

  • La plupart des entreprises et des services sont ouverts conformément à des règles sectorielles qui limitent la capacité. Ces secteurs comprennent les parcs d'attractions, les plages d'État, les pistes de bowling, la construction, les gymnases, les salons de coiffure et les salons de coiffure, les hôtels, les bibliothèques, les salons de manucure, la fabrication, les musées et les zoos, les bureaux, la vente au détail, les restaurants, les écoles, les terrains de camping d'État, les spas, les salons de tatouage. et les théâtres.
  • En vertu des restrictions renforcées à compter du 6 novembre, les restaurants, les lieux de divertissement et de loisirs et les événements intérieurs et extérieurs dans les lieux commerciaux doivent fermer à 22 h.
  • Les bars sont fermés dans tout l'État. L'accès à la plage de la ville varie. Certains services DMV peuvent être complétés en ligne et les services en personne ne sont disponibles que sur rendez-vous.
  • Toutes les activités sportives d'équipe, à l'exception des collèges et des professionnels, sont suspendues jusqu'au 19 janvier.

Quel est le statut des écoles K-12?

  • Un tableau de bord montrant les cas confirmés parmi les élèves et le personnel de la maternelle à la 12e année se trouve ici.
  • Les plans individuels des districts scolaires pour l'année scolaire 2020-2021 sont disponibles en ligne.

Que dois-je savoir sur les tests?

  • Toute personne présentant des symptômes devrait subir un test de dépistage du COVID-19, selon les directives de l'État. Dans certaines situations, les travailleurs de première ligne, les personnes à haut risque et les personnes susceptibles d'avoir été exposées au virus sont encouragés à se faire dépister même s'ils sont asymptomatiques. Trouvez plus d'informations sur les tests COVID-19 ici, et un localisateur de sites de test ici.

Où puis-je en savoir plus sur les ressources et les secours?

  • Des informations sur les ressources de l'État pour les particuliers, les entreprises, les travailleurs, les agriculteurs et les locataires sont disponibles ici.

Shots - Actualités sur la santé

Suivi de la pandémie: à quelle vitesse le coronavirus se propage-t-il État par État?

Maine

Quelle est la grande image?

  • Le Maine est dans la quatrième et dernière phase de son plan de réouverture économique, qu'il a mis à jour pour resserrer les restrictions sur les rassemblements sociaux et certaines entreprises.
  • Une ordonnance mise à jour à compter du 5 novembre exige que les masques faciaux soient portés en public, que la distanciation sociale soit possible ou non.
  • Le tableau de bord COVID-19 de l'état des cas, des décès, des hospitalisations et des récupérations par comté se trouve ici.

Quelles sont les règles pour voyager et se rassembler?

  • Les rassemblements intérieurs sont limités à un maximum de 50 personnes à compter du 4 novembre. Les rassemblements extérieurs restent plafonnés à 100 personnes.
  • Le Maine a une exigence de quarantaine de 14 jours pour les voyageurs arrivant, à quelques exceptions près. Dans le cadre du plan Keep Maine Healthy, les adultes dont le test de dépistage du COVID-19 est négatif moins de 72 heures avant leur arrivée dans le Maine ne doivent pas être mis en quarantaine pendant 14 jours. Depuis le 16 novembre, seuls les voyageurs du Vermont et du New Hampshire sont exemptés de l'exigence de mise en quarantaine ou de test. Les FAQ sont ici.

Qu'est-ce qui est ouvert et qu'est-ce qui est restreint ou fermé?

  • Toutes les entreprises peuvent ouvrir conformément aux exigences de santé et de sécurité spécifiques au secteur, y compris les limites d'occupation. Les activités intérieures non assis, comme l'exercice dans les gymnases, sont plafonnées à 50 personnes, et les détaillants ont une limite d'occupation de 5 personnes par 1 000 pieds carrés d'espace commercial.
  • Du 20 novembre au 6 décembre, tous les lieux de divertissement intérieurs et extérieurs, les cinémas, les salles d'arts de la scène, les casinos et les entreprises qui offrent un service de restauration assis doivent fermer à 21 h.
  • L'État a reporté la date de réouverture du service intérieur dans les bars, les brasseries et les salles de dégustation jusqu'à nouvel ordre.

Quel est le statut des écoles K-12?

  • Le cadre de l'État pour la réouverture des écoles est ici.

Que dois-je savoir sur les tests?

  • Toute personne qui estime avoir besoin d'un test de dépistage du COVID-19, quels que soient ses symptômes, peut se faire tester sans ordonnance de son médecin de soins primaires, par ordre de l'État. Une liste à jour des sites de test de l'état peut être trouvée ici.

Où puis-je en savoir plus sur les secours et les ressources?

  • Les résidents touchés par la pandémie peuvent visiter ce portail pour postuler à des programmes d'assistance soutenant la sécurité alimentaire, les soins de santé, les prestations d'urgence et plus encore.
  • Des informations sur les ressources de l'État pour les familles, les chômeurs, les employés, les entreprises, les petites entreprises, les écoles K-12 et le système de l'Université du Maine sont disponibles en ligne.

Massachusetts

Quelle est la grande image?

  • Le Massachusetts en est à la phase 3 de son plan de réouverture, les communautés désignées à faible risque étant autorisées à passer à l'étape 2 de la phase 3. Les responsables ont adopté de nouvelles mesures, notamment des fermetures d'entreprises antérieures, des limites de collecte révisées et un avis de maintien à domicile, en réponse à l'augmentation des cas et des hospitalisations.
  • À compter du 6 novembre, il est conseillé à tous les résidents de rester à la maison entre 22 h. et 5 heures du matin
  • Une ordonnance mise à jour à compter du 6 novembre oblige les individus à porter des masques ou des masques dans tous les espaces publics intérieurs et extérieurs, que la distanciation sociale soit possible.
  • Le tableau de bord COVID-19 de l'État, qui surveille les cas, les tests, les hospitalisations, la capacité hospitalière et les décès, est ici.

Quelles sont les règles pour voyager et se rassembler?

  • Tous les visiteurs entrant dans le Massachusetts en provenance des États désignés, y compris les résidents de retour, doivent remplir un formulaire de voyage et fournir un résultat de test négatif jusqu'à 72 heures avant l'arrivée ou être mis en quarantaine pendant 14 jours.
  • Les rassemblements dans les résidences privées sont limités à 10 personnes à l'intérieur et 25 à l'extérieur, et doivent se disperser avant 21 h 30.

Qu'est-ce qui est ouvert et qu'est-ce qui est restreint ou fermé?

  • Toutes les entreprises des phases 1, 2 et 3 peuvent fonctionner conformément aux normes de sécurité obligatoires et aux protocoles spécifiques au secteur.
  • À compter du 6 novembre, certaines entreprises et activités doivent fermer à 21 h 30. chaque nuit. Ceux-ci comprennent les repas en personne, les magasins d'alcools, les événements, les services personnels de proximité, les gymnases et les théâtres.

Quel est le statut des écoles K-12?

  • Les rapports sur le nombre de cas confirmés dans les écoles sont disponibles ici.
  • Les ressources de l'État et les conseils pour les districts scolaires sont disponibles ici.

Que dois-je savoir sur les tests?

  • Les gens devraient se faire tester s'ils présentent des symptômes du COVID-19 ou s'ils ont été en contact étroit avec une personne qui a été testée positive, selon des responsables de l'État. Le localisateur de sites de test de l'état est ici.

Où puis-je en savoir plus sur les secours et les ressources?

  • Des informations sur les ressources de l'État pour les particuliers, les entreprises, les prestataires de soins de santé, les locataires et les propriétaires et les prestataires de services de garde d'enfants sont disponibles ici. Les résidents peuvent également en apprendre davantage sur la santé mentale, la consommation de substances, l'itinérance et le soutien juridique et financier.

New Hampshire

Quelle est la grande image?

  • Le New Hampshire suit un plan «Stay at Home 2.0», qui est en vigueur depuis mai et permet aux industries de rouvrir progressivement conformément aux directives universelles et sectorielles.
  • Un mandat de masque à l'échelle de l'État oblige les personnes âgées de plus de 5 ans à porter des masques faciaux chaque fois qu'elles se trouvent dans des espaces publics intérieurs ou extérieurs et qu'elles sont incapables de maintenir une distance de six pieds des autres. Il est entré en vigueur le 20 novembre et durera jusqu'au 15 janvier.
  • Le tableau de bord COVID-19 de l'État, qui suit les cas, les tests, les hospitalisations, les décès et les récupérations, est ici.

Quelles sont les règles pour voyager et se rassembler?

  • Les voyageurs, y compris les résidents de retour, doivent mettre en quarantaine pendant 14 jours à leur arrivée s'ils reviennent de l'extérieur du pays, sur un bateau de croisière ou d'états autres que le Maine, le Vermont, le Massachusetts, le Connecticut ou le Rhode Island à des fins non essentielles.
  • Les voyageurs asymptomatiques et dont le résultat du test PCR est négatif après sept jours peuvent raccourcir ou mettre fin à leur quarantaine.

Qu'est-ce qui est ouvert et qu'est-ce qui est restreint ou fermé?

  • La plupart des entreprises peuvent fonctionner dans le respect des consignes de sécurité et des limites de capacité. Ceux-ci comprennent des installations de santé et de remise en forme, des théâtres et des salles de spectacles, des domaines skiables, des restaurants et des services de soins personnels. Les installations et services de tourisme et de loisirs peuvent également fonctionner conformément à des directives spécifiques.

Quel est le statut des écoles K-12?

  • Un tableau de bord montrant les cas de COVID-19 associés aux écoles est disponible ici.
  • Des copies des plans de réouverture des districts scolaires sont disponibles ici.

Que dois-je savoir sur les tests?

  • Quiconque veut un test peut en obtenir un, selon les responsables de la santé de l'État. Des informations sur les options de test et les emplacements sont disponibles ici.

Où puis-je en savoir plus sur les secours et les ressources?

  • Les ressources financières, de logement, d'alimentation, de soutien en cas de crise, de toxicomanie, de garde d'enfants et de santé mentale de l'État peuvent être trouvées ici.
  • Cliquez sur ces liens pour obtenir des informations sur le soutien aux entreprises, aux particuliers, aux prestataires de soins de santé, aux établissements de soins de longue durée, aux écoles et aux soignants.

New Jersey

Quelle est la grande image?

  • Le New Jersey en est à la deuxième étape de son plan de réouverture depuis la mi-juin. Les activités à risque modéré peuvent fonctionner avec des restrictions, et les individus sont encouragés à travailler à domicile dans la mesure du possible. D'autres mesures d'atténuation ont été annoncées à mesure que les cas augmentent.
  • Les masques faciaux sont nécessaires dans les espaces publics extérieurs où la distanciation sociale n'est pas possible, dans les espaces publics intérieurs, y compris les transports en commun, et dans les espaces commerciaux intérieurs tels que les immeubles de bureaux où les individus sont à proximité prolongée des autres.
  • Le tableau de bord COVID-19 de l'État, qui montre les cas et d'autres tendances, est ici.

Quelles sont les règles pour voyager et se rassembler?

  • L'État a imposé diverses limites à différents types de rassemblements. Par exemple, les rassemblements généraux sont limités à 10 personnes à l'intérieur et 150 à l'extérieur, tandis que les activités religieuses et politiques et les centres de divertissement intérieurs sont limités à 25% de leur capacité ou à 150 personnes, selon la valeur la plus basse.
  • Les visiteurs et les résidents venant de n'importe quel état ou territoire à l'exception de New York, du Connecticut, de la Pennsylvanie et du Delaware doivent se mettre en quarantaine pendant 14 jours. Il existe des exceptions pour les voyages d'affaires et autres voyages essentiels. Les FAQ sur les voyages se trouvent ici.

Qu'est-ce qui est ouvert et qu'est-ce qui est restreint ou fermé?

  • La plupart des entreprises et activités à risque faible et modéré sont ouvertes, avec des limites de capacité et d'autres restrictions. Ces secteurs comprennent la vente au détail, les soins personnels, les installations récréatives intérieures, les gymnases, les salles de spectacle et les restaurants.
  • Les municipalités peuvent réglementer les heures d'ouverture des entreprises non essentielles après 20 h.
  • Dans tout l'État, tous les restaurants, bars, salons et clubs qui servent de la nourriture et des boissons doivent fermer leurs locaux intérieurs avant 22 h. tous les soirs et ne peut pas ouvrir avant au moins 5 heures du matin le lendemain.
  • Il est interdit de s'asseoir au bar dans les restaurants. Les garderies pour adultes restent fermées.
  • Tous les sports en salle pour les jeunes et les adultes seront sur une pause «complète et complète» du 5 décembre au 2 janvier, à l'exception des équipes de niveau collégial et professionnelles.

Quel est le statut des écoles K-12?

  • Les informations sur les réouvertures scolaires pour l'année scolaire 2020-2021 sont ici, et les plans varient selon les districts.

Que dois-je savoir sur les tests?

  • Tout le monde dans l'État peut se faire tester, selon les responsables de la santé de l'État. Des informations sur les sites de test et les exigences sont disponibles ici.

Où puis-je en savoir plus sur les secours et les ressources?

  • Des informations sur les prestations et l'assistance, de l'emploi au logement en passant par la nourriture et la santé mentale, sont disponibles ici.
  • Le centre d'informations commerciales COVID-19 de l'État détaille les protocoles de réouverture et les ressources financières pour les entreprises et les lieux de travail. L'aide aux demandeurs d'emploi est disponible ici.

New York

Quelle est la grande image?

  • Dans le cadre du plan «New York Forward», les hotspots COVID-19 et les zones environnantes sont classés en zones à code couleur avec des règles et des restrictions plus strictes en fonction de la gravité de la transmission. Vous pouvez rechercher les zones de points chauds par adresse ici.
  • Les personnes doivent porter un masque facial lorsqu'elles sont en public et à moins de six pieds des autres, dans des environnements où la distance sociale ne peut être maintenue et dans les transports en commun ou dans des véhicules de location.
  • Le tableau de bord COVID-19 de l'État faisant le suivi des tests positifs par comté se trouve ici.

Quelles sont les règles pour voyager et se rassembler?

  • Les voyageurs venant de l'extérieur de l'État peuvent se retirer de la quarantaine obligatoire de 14 jours s'ils sont testés dans les trois jours suivant le départ, mettre en quarantaine à l'arrivée pendant trois jours et obtenir un résultat de test négatif le quatrième jour. Les voyageurs des États voisins de New York, ainsi que les travailleurs essentiels, sont exemptés de cette exigence.
  • Les détails sur les directives de voyage sont ici.
  • Les rassemblements sociaux dans les résidences privées, à l'intérieur et à l'extérieur, sont limités à 10 personnes maximum à compter du 13 novembre.

Qu'est-ce qui est ouvert et qu'est-ce qui est restreint ou fermé?

  • Les entreprises essentielles à l’échelle de l’État peuvent opérer selon des directives sectorielles.
  • Toutes les régions de l'État sont entrées dans la phase 4 de la réouverture, dans laquelle des secteurs tels que les sports professionnels, certains arts et divertissements, les centres commerciaux et les gymnases peuvent fonctionner avec des restrictions. Des industries spécifiques ont été autorisées à reprendre leurs activités à mesure que les régions entraient dans les phases 1, 2 et 3.
  • Les restrictions pour les zones de cluster désignées comme rouge, orange et jaune sont ici. Ils dictent le niveau des restrictions sur les rassemblements, les lieux de culte, les entreprises non essentielles, les restaurants et les écoles.
  • À compter du 13 novembre, les bars, restaurants, gymnases et établissements agréés par la State Liquor Authority doivent fermer le service en personne entre 22 h. et 5 heures du matin

Quel est le statut des écoles K-12?

  • Des informations sur les cas positifs associés aux écoles dans tout l'État sont disponibles ici.
  • L'orientation scolaire et les ressources sont disponibles ici.

Que dois-je savoir sur les tests?

  • Les tests sont disponibles gratuitement pour tous les New-Yorkais éligibles sur ordre d'un fournisseur de soins de santé ou en appelant la hotline COVID-19 de l'État, selon des responsables de l'État. Plus d'informations sur les tests sont disponibles ici, et un localisateur de sites de test est ici.

Où puis-je en savoir plus sur les secours et les ressources?

  • Des informations sur le soutien économique aux petites entreprises sont disponibles ici.
  • Des ressources et des conseils pour les prestataires de soins de santé, les prestataires de services de garde d'enfants, les employés, les entreprises, les établissements de soins de longue durée et les écoles maternelles sont disponibles en ligne.
  • Les New-Yorkais sans assurance maladie peuvent faire une demande auprès de l'État de santé de New York, dans les 60 jours suivant la perte de la couverture, jusqu'au 31 décembre.

Pennsylvanie

Quelle est la grande image?

  • Les responsables locaux peuvent imposer leurs propres restrictions au-delà du plan de réouverture à l'échelle de l'État. Depuis le 30 novembre, les comtés d'Allegheny, du Delaware et de Philadelphie sont soumis à des directives supplémentaires.
  • Une ordonnance à l'échelle de l'État oblige les individus à porter des masques faciaux à l'intérieur et à l'extérieur lorsqu'ils sont à l'extérieur de la maison, y compris à l'extérieur lorsqu'ils sont incapables de s'éloigner socialement et à l'intérieur même s'ils sont physiquement éloignés des membres non membres du ménage.
  • Le tableau de bord COVID-19 de l'État qui suit les cas et les décès quotidiens est ici.

Quelles sont les règles pour voyager et se rassembler?

  • En vertu d'une ordonnance de voyage en vigueur le 25 novembre, les visiteurs hors de l'État et les résidents de retour âgés de plus de 11 ans doivent avoir la preuve d'un résultat de test négatif ou bien être mis en quarantaine pendant 14 jours à l'arrivée, à quelques exceptions près.
  • Les limites de rassemblement pour les événements intérieurs et extérieurs ont été réduites le 23 novembre et sont déterminées par les calculateurs d'occupation maximale disponibles ici.

Qu'est-ce qui est ouvert et qu'est-ce qui est restreint ou fermé?

  • La plupart des entreprises en personne peuvent fonctionner à 75% d'occupation, sauf indication contraire, selon les représentants de l'État. Les restaurants sont ouverts à 50% de capacité pour les repas à l'intérieur, les gymnases et les spas sont ouverts à 50% de la capacité avec des rendez-vous encouragés et les services de soins personnels sont ouverts à 50% de la capacité sur rendez-vous uniquement.
  • La consommation d'alcool sur place n'est autorisée que dans le cadre d'un repas et la vente d'alcool pour consommation sur place doit se terminer avant 23 heures.
  • Dans le cadre des nouveaux efforts d'atténuation annoncés le 23 novembre, le télétravail est «obligatoire à moins qu'il ne soit impossible», et les entreprises doivent adhérer à des mesures de sécurité spécifiques.

Quel est le statut des écoles K-12?

  • Des conseils, des recommandations et des ressources pour les écoles sont disponibles ici.

Que dois-je savoir sur les tests?

  • L'État donne la priorité au dépistage des personnes qui présentent des symptômes ou qui ont été en contact étroit avec un cas confirmé. Vous trouverez plus d'informations sur les catégories prioritaires et les emplacements de test ici.

Où puis-je en savoir plus sur les secours et les ressources?

  • Des informations sur les finances, le logement, le chômage, les services publics, la nourriture, la santé mentale et d'autres ressources sont disponibles ici.

Rhode Island

Quelle est la grande image?

  • Le Rhode Island est passé à la phase 3 de son plan de réouverture, mais est entré dans une pause de deux semaines le 30 novembre dans le but de réduire son nombre croissant de cas et d'hospitalisations.
  • À compter du 8 novembre, un avis de maintien à domicile est en vigueur à partir de 22 h. à 5 h du dimanche au jeudi et à partir de 22 h 30 à 5 h le vendredi et samedi.
  • Dans le cadre d'un mandat de l'État, les couvertures faciales sont exigées chaque fois que des personnes sont proches d'autres personnes extérieures à leur foyer.
  • Le tableau de bord COVID-19 de l'État qui suit les cas, les décès et les hospitalisations est ici.

Quelles sont les règles pour voyager et se rassembler?

  • Les visiteurs de l'extérieur de l'État doivent remplir un formulaire de sélection et un certificat de conformité à leur arrivée. Les voyageurs de certains États doivent mettre en quarantaine pendant 14 jours à moins qu'ils n'aient la preuve d'un résultat de test négatif dans les 72 heures avant leur arrivée. Les résidents revenant de certains États doivent mettre en quarantaine pendant 14 jours à leur arrivée, à moins qu'ils ne puissent fournir la preuve d'un résultat de test négatif dans les 72 heures avant leur arrivée. Les détails sur les conditions de voyage et de test sont ici.
  • Du 30 novembre au 13 décembre, les rassemblements sociaux sont limités aux membres d'un même ménage. Les adultes qui vivent seuls peuvent se réunir avec un autre ménage, plafonné à cinq personnes.

Qu'est-ce qui est ouvert et qu'est-ce qui est restreint ou fermé?

  • Dans le cadre de la phase 3 du plan de réouverture de l'État, la plupart des entreprises sont ouvertes, et les événements publics et les assemblées sont autorisés, avec des limitations. Des conseils spécifiques au secteur sont disponibles ici.
  • La pause de deux semaines du Rhode Island, du 30 novembre au 13 décembre, limite les rencontres en personne au lycée et les rassemblements sociaux, et réduit les limites de capacité pour les repas à l'intérieur, les commerces de détail et les lieux de culte. Les collèges et universités en personne, les bars, les lieux de loisirs, les installations sportives intérieures et la plupart des bureaux et des sports organisés doivent fermer.

Quel est le statut des écoles K-12?

  • Vous trouverez ici des informations sur les tests COVID-19 pour les élèves et le personnel de la maternelle à la 12e année.
  • Les conseils de l'État pour la riposte aux flambées dans les écoles pré-K-12 sont ici.
  • Les plans, ressources et événements à l'échelle de l'État et spécifiques à la communauté sont disponibles ici.

Que dois-je savoir sur les tests?

  • Le département de la santé de l'État recommande de tester les personnes qui présentent des symptômes du COVID-19 ou qui ont été en contact étroit avec un positif confirmé, ainsi que les voyageurs et les personnes sans symptômes. Plus d'informations sur où et comment se faire tester sont ici.

Où puis-je en savoir plus sur les secours et les ressources?

  • L'État offre des ressources aux travailleurs et aux lieux de travail. Il propose également des informations en ligne sur les soins de santé et les services de soutien, les protections pour les propriétaires et les locataires, les entreprises et l'assistance chômage, les sites de restauration pour les enfants et les ressources pour les immigrants sans papiers.

Vermont

Quelle est la grande image?

  • Le Vermont a autorisé certaines entreprises et certains services à reprendre leurs activités dans le cadre de son plan de réouverture progressive, mais a depuis resserré les restrictions sur les voyages, les rassemblements, les sports et les restaurants.
  • Les individus sont tenus de porter des masques chaque fois qu'ils se trouvent dans des espaces publics intérieurs ou extérieurs où ils entrent en contact étroit avec des membres n'appartenant pas au ménage, et partout où il n'est pas possible de maintenir une distance de six pieds.
  • Le tableau de bord COVID-19 de l'État, qui suit les mesures, y compris les cas, les hospitalisations et les décès, est ici.

Quelles sont les règles pour voyager et se rassembler?

  • Une ordonnance entrée en vigueur le 14 novembre interdit les rassemblements avec des personnes d'autres ménages, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur.
  • Les résidents de retour au Vermont doivent mettre en quarantaine pendant 14 jours à leur arrivée. S'ils ne présentent pas de symptômes, ils peuvent subir un test PCR le septième jour et, avec un résultat négatif, mettre fin prématurément à la quarantaine. Les visiteurs hors de l'État, à l'exception des travailleurs essentiels, doivent satisfaire aux mêmes exigences de quarantaine ou de test.

Qu'est-ce qui est ouvert et qu'est-ce qui est restreint ou fermé?

  • Dans le cadre du plan de redémarrage progressif de l'État, la plupart des secteurs peuvent fonctionner conformément à des restrictions spécifiques.
  • Les bars et les clubs sociaux sont fermés pour le service en personne à partir du 20 novembre.
  • Les restaurants ne peuvent accueillir qu'un seul ménage par table, tous les invités doivent être assis et le service en personne doit s'arrêter avant 22 h. Tous les sports récréatifs sont suspendus.

Quel est le statut des écoles K-12?

  • Des conseils et des ressources pour les écoles et les familles du Vermont sont disponibles ici.

Que dois-je savoir sur les tests?

  • Les responsables de la santé de l'État recommandent de tester les personnes qui présentent des symptômes du COVID-19 ou qui ont été en contact étroit avec un cas confirmé, qui ont récemment assisté à une réunion sociale avec une personne d'un autre foyer ou qui ont été référées par leur fournisseur de soins de santé pour une autre raison. Les détails sur les endroits où se faire tester et à quoi s'attendre sont disponibles en ligne.

Où puis-je en savoir plus sur les secours et les ressources?

  • Des informations sur les ressources destinées aux entreprises, aux particuliers, aux collectivités, aux petites entreprises, aux locataires et aux propriétaires sont disponibles ici.

La première version de cette page a été initialement publiée le 12 mars. Ceci est une histoire en développement. Nous continuerons de nous mettre à jour au fur et à mesure que de nouvelles informations seront disponibles.

Nord-est: Connecticut, Maine, Massachusetts, New Hampshire, New Jersey, New York, Pennsylvanie, Rhode Island, Vermont

Midwest: Illinois, Indiana, Iowa, Kansas, Michigan, Minnesota, Missouri, Nebraska, Dakota du Nord, Ohio, Dakota du Sud, Wisconsin

Sud: Alabama, Arkansas, Delaware, District de Columbia, Floride, Géorgie, Kentucky, Louisiane, Maryland, Mississippi, Caroline du Nord, Oklahoma, Porto Rico, Caroline du Sud, Tennessee, Texas, Virginie, Virginie-Occidentale

Ouest: Alaska, Arizona, Californie, Colorado, Hawaï, Idaho, Montana, Nevada, Nouveau-Mexique, Oregon, Utah, Washington, Wyoming


2. Après la guerre civile, de nombreux abolitionnistes et militants des droits des femmes se sont séparés au sujet du droit de vote des femmes.

Des membres de la National American Woman Suffrage Association défilant au défilé des suffragistes de New York le 3 mai 1913 (Crédit: Paul Thompson / Agence de presse d'actualité / Getty Images)

Dans les premières années du mouvement des droits des femmes, l’ordre du jour comprenait bien plus que le droit de vote. Leurs objectifs généraux comprenaient l’égalité d’accès à l’éducation et à l’emploi, l’égalité au sein du mariage et le droit de la femme mariée à ses biens et à son salaire, à la garde de ses enfants et au contrôle de son propre corps.

Après la guerre civile, le débat sur les 14e et 15e amendements à la Constitution - qui accorderaient la citoyenneté et le droit de vote aux hommes afro-américains - a incité de nombreuses militantes des droits des femmes à recentrer leurs efforts sur la bataille pour le suffrage féminin. Certains, comme Stanton et Susan B. Anthony, ont fait campagne contre tout amendement au suffrage qui exclurait les femmes, tandis que certains de leurs anciens alliés - dont Lucy Stone, Antoinette Brown Blackwell, Julia Ward Howe et Frederick Douglass - ont soutenu que c'était «l'heure du nègre »Et le suffrage féminin pourrait attendre.

En 1869, Stanton et Anthony ont fondé la National Woman Suffrage Association, qui s’opposait à l’American Woman Suffrage Association de Stone et Blackwell. Le fossé entre les deux parties dura jusqu'en 1890, lorsque les deux organisations fusionnèrent pour former la National American Women’s Suffrage Association.


Certains états aux habitants de l'extérieur: si vous venez visiter, prévoyez une mise en quarantaine pendant 2 semaines

Certains états aux habitants de l'extérieur: si vous venez visiter, prévoyez une mise en quarantaine pendant 2 semaines

Un panneau à l'aéroport international de Newark Liberty met en garde les passagers des compagnies aériennes sur un avis de voyage qui s'applique aux personnes arrivant dans le New Jersey en provenance de certains États. Les visiteurs de l'Alabama, de l'Arkansas, de l'Arizona, de la Californie, de la Floride, de la Géorgie, de l'Iowa, de l'Idaho, de la Louisiane, du Mississippi, du Nevada, de la Caroline du Nord, de la Caroline du Sud, du Tennessee, du Texas et de l'Utah doivent se mettre en quarantaine pendant deux semaines. Seth Wenig / AP masquer la légende

Un panneau à l'aéroport international de Newark Liberty met en garde les passagers des compagnies aériennes sur un avis de voyage qui s'applique aux personnes arrivant dans le New Jersey en provenance de certains États. Les visiteurs de l'Alabama, de l'Arkansas, de l'Arizona, de la Californie, de la Floride, de la Géorgie, de l'Iowa, de l'Idaho, de la Louisiane, du Mississippi, du Nevada, de la Caroline du Nord, de la Caroline du Sud, du Tennessee, du Texas et de l'Utah doivent se mettre en quarantaine pendant deux semaines.

Si vous voyagez ce week-end de vacances ou si vous avez des invités, il y a de fortes chances que vous vivez dans un État affecté par une quarantaine de voyage obligatoire de 14 jours.

Alors que de nouveaux points chauds du COVID-19 éclatent dans le pays, certains responsables de la santé publique ont déclaré que les mesures pourraient aider à contenir la propagation. Mais les règles sont un patchwork et leur application diffère d'un état à l'autre.

"Nous avons une amende de 5 000 $" pour avoir violé la quarantaine des voyageurs, a déclaré le procureur général d'Hawaï, Clare Connors. "It's a misdemeanor, which means it's punishable by up to a year in prison."

Shots - Health News

Green, Yellow, Orange Or Red? This New Tool Shows COVID-19 Risk In Your County

Hawaii is geographically isolated, but officials said they're convinced their tough enforcement of travel rules helped suppress the spread of the coronavirus.

The daily number of new COVID-19 cases in Hawaii has declined into the single digits.

Connors said most people complied with the travel rules voluntarily, but state and local police have jailed tourists and residents returning home.

"Their neighbors report them," she said. "We've had to arrest individuals for violating quarantine. The counties have also arrested individuals. Hawaii County arrested more than 20 individuals about a week and a half ago."

Similar traveler quarantines are now being tried by states across the U.S., but most have different rules about which travelers are affected.

New York Gov. Andrew Cuomo announced Wednesday that travelers from 16 states, including California, Georgia and Texas, are now required to self-quarantine.

During his daily briefing, Cuomo said state officials have begun using information gathered from airline passengers to monitor compliance.

"We then do random checks off that database. They can ask you to Facebook, show the surroundings of the room you're in to make sure it's a residence," he said.

Shots - Health News

Tracking The Pandemic: Are Coronavirus Cases Rising Or Falling In Your State?

Many states impose fines for violating the quarantine order — in New York they run as high as $10,000 — but Cuomo acknowledged enforcement is a challenge.

"We are not going to be 100% effective," he said. "If you want to really come into the state, you can drive. You don't go through an airport, you don't go through anything."

Complicating matters further is that enforcement often falls to local police working with county health officials, who have to decide how much of their limited resources they can spend on quarantine enforcement.

Don Lehman is spokesman for Warren County, a major tourist destination in New York's Adirondack Mountains that is currently monitoring 21 travelers. He said most appear to be complying with the rules but a major challenge is informing and educating people about which states are on the quarantine list.

"We're actually delivering packets to all the hotels and motels we can get to, flyers with forms to hand out to people who arrive from these states to let them know what's expected of them," he said.

Public health experts said it's still unclear how effective travel quarantines will be. Polly Price, a professor of global health at Emory Law School, said they might help, especially if they convey a sense of urgency to travelers.

Coronavirus Live Updates

Alabama's Top Health Officer: Without Compliance, Health Orders Can Only Go So Far

"State and local governments don't have the kind of resources to go monitor everyone who might be under a quarantine order," Price said. "We've always relied on voluntary compliance, especially when we're talking about such large numbers of people."

Lawsuits have been filed over some of these quarantines as critics question whether travel restrictions and other public health orders violate civil liberties.

Connors, the Hawaii attorney general, said it's clear states do have the authority.

"Under Supreme Court precedent, when we have a public health crisis, the decisions of state elected officials to exercise their police powers to keep people safe are appropriate restrictions on any constitutional rights, like the right to travel," Connors said.

The Centers for Disease Control and Prevention issued a position paper endorsing state quarantine powers. "To control the spread of disease within their borders, states have laws to enforce the use of isolation and quarantine," the federal agency said.

So far, the Trump administration has declined to coordinate interstate quarantines or set national guidelines. As a result, travelers this holiday weekend will have to sort out on a state-by-state basis whether they're affected.

Correction July 3, 2020

In the radio version of this story, Governor David Ige is mistakenly identified as Bob Ige.


Contenu

  • 1 Mohawk communities
  • 2 History
    • 2.1 First contact with European settlers
    • 2.2 American Revolutionary War
    • 2.3 After the Revolution
    • 2.4 20th century to present
    • 2.5 Mohawk ironworkers in New York
  • 3 Contemporary issues
    • 3.1 Casinos
  • 4 Culture
    • 4.1 Religion
    • 4.2 Traditional dress
    • 4.3 Marriage
    • 4.4 Communities
  • 5 Notable Mohawk
  • 6 Iroquoian peoples
  • 7 See also
  • 8 Notes
  • 9 References
  • 10 External links

Members of the Mohawk tribe now live in settlements in northern New York State and southeastern Canada.

Many Mohawk communities have two sets of chiefs, who are in some sense competing governmental rivals. One group are the hereditary chiefs nominated by Clan Mother matriarchs in the traditional Mohawk fashion. Mohawks of most of the reserves have established constitutions with elected chiefs and councilors, with whom the Canadian and U.S. governments usually prefer to deal exclusively. The self-governing communities are listed below, grouped by broad geographical cluster, with notes on the character of community governance found in each.

  • Northern New York:
    • Kanièn꞉ke (Ganienkeh) "Place of the flint". Traditional governance.
    • Kanaʼtsioharè꞉ke "Place of the washed pail". Traditional governance.
  • Along the St Lawrence in Quebec:
    • Ahkwesásne (St. Regis, New York and Quebec/Ontario, Canada) "Where the partridge drums". Traditional governance, band/tribal elections.
    • Kahnawà꞉ke (south of Montréal) "On the rapids". Canada, traditional governance, band/tribal elections.
    • Kaʼnehsatà꞉ke (Oka) "Where the snow crust is". Canada, traditional governance, band/tribal elections.
    • Tioweró:ton (Sainte-Lucie-des-Laurentides, Quebec). Canada, shared governance between Kahnawà꞉ke and Kaʼnehsatà꞉ke.
  • Southern Ontario:
    • Kenhtè꞉ke (Tyendinaga) "On the bay". Traditional governance, band/tribal elections.
    • Wáhta (Gibson) "Maple tree". Traditional governance, band/tribal elections.
    • Ohswé꞉ken “Six Nations of the Grand River”. Traditional governance, band/tribal elections. The Mohawk form the majority of the population of this Iroquois Six Nations reserve. There are also Mohawk Orange Lodges in Canada.

Given increased activism for land claims, a rise in tribal revenues due to establishment of gaming on certain reserves or reservations, competing leadership, traditional government jurisdiction, issues of taxation, and the Indian Act, Mohawk communities have been dealing with considerable internal conflict since the late 20th century.

First contact with European settlers Edit

In the Mohawk language, the Mohawk people call themselves the Kanienʼkehá꞉ka ("people of the flint"). The Kanienʼkehá꞉ka became wealthy traders as other nations in their confederacy needed their flint for tool making. Their Algonquian-speaking neighbors (and competitors), the people of Muh-heck Haeek Ing ("food area place"), the Mohicans, referred to the people of Ka-nee-en Ka as Maw Unk Lin, meaning “bear people”. The Dutch heard and wrote this term as Mohawk, and also referred to the Kanienʼkehá꞉ka as Egil ou Maqua.

The French colonists adapted these latter terms as Aignier et Maqui, respectivement. They also referred to the people by the generic Iroquois, a French derivation of the Algonquian term for the Five Nations, meaning "Big Snakes". The Algonquians and Iroquois were traditional competitors and enemies.

In the upper Hudson and Mohawk Valley regions, the Mohawks long had contact with the Algonquian-speaking Mahican people, who occupied territory along the Hudson River, as well as other Algonquian and Iroquoian tribes to the north around the Great Lakes. The Mohawks had extended their own influence into the St. Lawrence River Valley, which they maintained for hunting grounds. They are believed to have defeated the St. Lawrence Iroquoians in the 16th century, and kept control of their territory. In addition to hunting and fishing, for centuries the Mohawks cultivated productive maize fields on the fertile floodplains along the Mohawk River, west of the Pine Bush.

On June 28, 1609 a band of Hurons led Samuel De Champlain and his crew into Mohawk country, the Mohawks being completely unaware of this situation. Samuel De Champlain made it clear he wanted to strike the Mohawks down, after their raids on the neighboring nations. On July 29, 1609, hundreds of Hurons, and many of Champlain's French crew fell back from the mission daunted by what laid ahead. Sixty Huron Indians and Samuel De Champlain and two Frenchmen, saw some Mohawks in a lake near Ticonderoga, the Mohawks spotted them too. Samuel De Champlain and his crew fell back for the moment, then advanced to the Mohawk Barricade after landing on a beach. They then met the Mohawks at the barricade, 200 warriors advance from the barricade behind four chiefs. They were equally astonished to see each other, Samuel De Champlain surprised of their stature, confidence, and dress, the Mohawks surprised by Samuel De Champlain's steel cuirass and helmet. One of the chiefs raised his bow at Champlain and the Indians. Champlain let out three shots piercing straight through the Mohawk chiefs and their wooden armor which protected them from stone arrows, killing them instantly. The Mohawks stood in shock for a second, until they started flinging arrows at the crowd, a brawl soon fell out and the Mohawks fell back out of pure shock seeing the damage this new technology has dealt on their chiefs and warriors. This was the first contact the Mohawk ever had with Europeans. This incident also sparked the Beaver Wars.

In the seventeenth century the Mohawks encountered both the Dutch, who went up the Hudson River and established a trading post in 1614 at the confluence of the Mohawk and Hudson rivers, and the French, who came south into their territory from New France (present-day Quebec). The Dutch were primarily merchants and the French also conducted fur trading. During this time the Mohawks fought with the Huron in the Beaver Wars for control of the fur trade with the Europeans. Their Jesuit missionaries were active among First Nations and Native Americans, seeking converts to Catholicism.

In 1614, the Dutch opened a trading post at Fort Nassau, New Netherland. The Dutch initially traded for furs with the local Mahican, who occupied the territory along the Hudson River. Following a raid in 1626 when the Mohawks resettled along the south side of the Mohawk River, [2] : pp.xix–xx in 1628, they mounted an attack against the Mahican, pushing them back to the area of present-day Connecticut. The Mohawks gained a near-monopoly in the fur trade with the Dutch by prohibiting the nearby Algonquian-speaking tribes to the north or east to trade with them but did not entirely control this.

European contact resulted in a devastating smallpox epidemic among the Mohawks in 1635, this reduced their population by 63%, from 7,740 to 2,830, as they had no immunity to the new disease. By 1642 they had regrouped from four into three villages, recorded by Catholic missionary priest Isaac Jogues in 1642 as Ossernenon, Andagaron, and Tionontoguen, all along the south side of the Mohawk River from east to west. These were recorded by speakers of other languages with different spellings, and historians have struggled to reconcile various accounts, as well as to align them with archeological studies of the areas. For instance, Johannes Megapolensis, a Dutch minister, recorded the spelling of the same three villages as Asserué, Banagiro, and Thenondiogo. [2] Late 20th-century archeological studies have determined that Ossernenon was located about 9 miles west of the current city of Auriesville, the two were mistakenly conflated by a tradition that developed in the late 19th century in the Catholic Church. [3] [4]

While the Dutch later established settlements in present-day Schenectady and Schoharie, further west in the Mohawk Valley, merchants in Fort Nassau continued to control the fur trading. Schenectady was established essentially as a farming settlement, where Dutch took over some of the former Mohawk maize fields in the floodplain along the river. Through trading, the Mohawk and Dutch became allies of a kind.

During their alliance, the Mohawks allowed Dutch Protestant missionary Johannes Megapolensis to come into their tribe and teach the Christian message. He operated from the Fort Nassau area about six years, writing a record in 1644 of his observations of the Mohawks, their language (which he learned), and their culture. While he noted their ritual of torture of captives, he recognized that their society had few other killings, especially compared to the Netherlands of that period. [5] [6]

The trading relations between the Mohawk and Dutch helped them maintain peace even during the periods of Kieft's War and the Esopus Wars, when the Dutch fought localized battles with other tribes. In addition, Dutch trade partners equipped the Mohawk with guns to fight against other First Nations who were allied with the French, including the Ojibwe, Huron-Wendat, and Algonquin. In 1645 the Mohawk made peace for a time with the French, who were trying to keep a piece of the fur trade. [7]

During the Pequot War (1634–1638), the Pequot and other Algonquian Indians of coastal New England sought an alliance with the Mohawks against English colonists of that region. Disrupted by their losses to smallpox, the Mohawks refused the alliance. They killed the Pequot sachem Sassacus who had come to them for refuge.

In the winter of 1651, the Mohawks attacked to the southeast and overwhelmed the Algonquian in the coastal areas. They took between 500 and 600 captives. In 1664, the Pequot of New England killed a Mohawk ambassador, starting a war that resulted in the destruction of the Pequot, as the English and their allies in New England entered the conflict, trying to suppress the Native Americans in the region. The Mohawk also attacked other members of the Pequot confederacy, in a war that lasted until 1671. [ citation requise ]

In 1666, the French attacked the Mohawks in the central New York area, burning the three Mohawk villages south of the river and their stored food supply. One of the conditions of the peace was that the Mohawk accept Jesuit missionaries. Beginning in 1669, missionaries attempted to convert Mohawks to Christianity, operating a mission in Ossernenon 9 miles west [3] [4] of present-day Auriesville, New York until 1684, when the Mohawks destroyed it, killing several priests.

Over time, some converted Mohawks relocated to Jesuit mission villages established south of Montreal on the St. Lawrence River in the early 1700s: Kahnawake (used to be spelled as Caughnawaga, named for the village of that name in the Mohawk Valley) and Kanesatake. These Mohawks were joined by members of other tribes but dominated the settlements by number. Many converted to Roman Catholicism. In the 1740s, Mohawk and French set up another village upriver, which is known as Akwesasne. Today a Mohawk reserve, it spans the St. Lawrence River and present-day international boundaries to New York, United States, where it is known as the St. Regis Mohawk Reservation.

Kateri Tekakwitha, born at Ossernenon in the late 1650s, has become noted as a Mohawk convert to Catholicism. She moved with relatives to Caughnawaga on the north side of the river after her parents' deaths. [2] She was known for her faith and a shrine was built to her in New York. In the late 20th century, she was beatified and was canonized in October 2012 as the first Native American Catholic saint. She is also recognized by the Episcopal and Lutheran churches.

After the fall of New Netherland to England in 1664, the Mohawk in New York traded with the English and sometimes acted as their allies. During King Philip's War, Metacom, sachem of the warring Wampanoag Pokanoket, decided to winter with his warriors near Albany in 1675. Encouraged by the English, the Mohawk attacked and killed all but 40 of the 400 Pokanoket.

From the 1690s, Protestant missionaries sought to convert the Mohawk in the New York colony. Many were baptized with English surnames, while others were given both first and surnames in English.

During the late seventeenth and early eighteenth centuries, the Mohawk and Algonquian and Abenaki tribes in New England were involved in raids conducted by the French and English against each other's settlements during Queen Anne's War and other conflicts. They conducted a growing trade in captives, holding them for ransom. Neither of the colonial governments generally negotiated for common captives, and it was up to local European communities to raise funds to ransom their residents. In some cases, French and Abenaki raiders transported captives from New England to Montreal and the Mohawk mission villages. The Mohawk at Kahnawake adopted numerous young women and children to add to their own members, having suffered losses to disease and warfare. For instance, among them were numerous survivors of the more than 100 captives taken in the Deerfield raid in western Massachusetts. The minister of Deerfield was ransomed and returned to Massachusetts, but his daughter was adopted by a Mohawk family and ultimately assimilated and married a Mohawk man. [8]

During the era of the French and Indian War (also known as the Seven Years' War), Anglo-Mohawk partnership relations were maintained by men such as Sir William Johnson in New York (for the British Crown), Conrad Weiser (on behalf of the colony of Pennsylvania), and Hendrick Theyanoguin (for the Mohawk). Johnson called the Albany Congress in June 1754, to discuss with the Iroquois chiefs repair of the damaged diplomatic relationship between the British and the Mohawk, along with securing their cooperation and support in fighting the French, [9] in engagements in North America.

American Revolutionary War Edit

During the second and third quarters of the 18th century, most of the Mohawks in the Province of New York lived along the Mohawk River at Canajoharie. A few lived at Schoharie, and the rest lived about 30 miles downstream at the Tionondorage Castle, also called Fort Hunter. These two major settlements were traditionally called the Upper Castle and the Lower Castle. The Lower Castle was almost contiguous with Sir Peter Warren's Warrensbush. Sir William Johnson, the British Superintendent of Indian Affairs, built his first house on the north bank of the Mohawk River almost opposite Warrensbush and established the settlement of Johnstown.

The Mohawk were among the four Iroquois tribes that allied with the British during the American Revolutionary War. They had a long trading relationship with the British and hoped to gain support to prohibit colonists encroaching into their territory in the Mohawk Valley. Joseph Brant acted as a war chief and successfully led raids against British and ethnic German colonists in the Mohawk Valley, who had been given land by the British administration near the rapids at present-day Little Falls, New York.

A few prominent Mohawk, such as the sachem Little Abraham (Tyorhansera) at Fort Hunter, remained neutral throughout the war. [10] Joseph Louis Cook (Akiatonharónkwen), a veteran of the French and Indian War and ally of the rebels, offered his services to the Americans, receiving an officer's commission from the Continental Congress. He led Oneida warriors against the British. During this war, Johannes Tekarihoga was the civil leader of the Mohawk. He died around 1780. Catherine Crogan, a clan mother and wife of Mohawk war chief Joseph Brant, named her brother Henry Crogan as the new Tekarihoga.

In retaliation for Brant's raids in the valley, the rebel colonists organized Sullivan's Expedition. It conducted extensive raids against other Iroquois settlements in central and western New York, destroying 40 villages, crops and winter stores. Many Mohawk and other Iroquois migrated to Canada for refuge near Fort Niagara, struggling to survive the winter.

After the Revolution Edit

After the American victory, the British ceded their claim to land in the colonies, and the Americans forced their allies, the Mohawks and others, to give up their territories in New York. Most of the Mohawks migrated to Canada, where the Crown gave them some land in compensation. The Mohawks at the Upper Castle fled to Fort Niagara, while most of those at the Lower Castle went to villages near Montreal.

Joseph Brant led a large group of Iroquois out of New York to what became the reserve of the Six Nations of the Grand River, Ontario. Brant continued as a political leader of the Mohawks for the rest of his life. This land extended 100 miles from the head of the Grand River to the head of Lake Erie where it discharges. [11] Another Mohawk war chief, John Deseronto, led a group of Mohawk to the Bay of Quinte. Other Mohawks settled in the vicinity of Montreal and upriver, joining the established communities (now reserves) at Kahnawake, Kanesatake, and Akwesasne.

On November 11, 1794, representatives of the Mohawk (along with the other Iroquois nations) signed the Treaty of Canandaigua with the United States, which allowed them to own land there.

The Mohawks fought as allies of the British against the United States in the War of 1812.

20th century to present Edit

In 1971 the Mohawk Warrior Society, also Rotisken’rakéhte in the Mohawk language, was founded in Kahnawake, the duties of the Warrior Society is to use roadblocks, evictions, and occupations to gain rights for their people, these tactics are also used among the warrior's to protect the environment from pollution. The notable movements started by the Mohawk Warrior Society have been. The Oka Crisis blockades in 1990, and the Caledonia occupation of a construction site in Summer 2020, as an act of solidarity they renamed the street the construction site sits on to "1492 Land Back Lane".

On May 13, 1974 at 4:00 a.m, Mohawks from the Kahnawake and Akwesasne reservations repossessed traditional Mohawk land near Old Forge, New York, occupying Moss Lake, an abandoned girls camp. The New York state government attempted to shut the operation down, but after negotiation, the state offered the Mohawk some land in Miner Lake, where they have since settled.

The Mohawks have organized for more sovereignty at their reserves in Canada, pressing for authority over their people and lands. Tensions with the Quebec Provincial and national governments have been strained during certain protests, such as the Oka Crisis in 1990.

In 1993 a group of Akwesasne Mohawks purchased 322 acres of land in the Town of Palatine in Montgomery County, New York which they named Kanatsiohareke. It marked a return to their ancestral land.

Mohawk ironworkers in New York Edit

Mohawks came from Kahnawake and other reserves to work in the construction industry in New York City in the early through the mid-20th century. They had also worked in construction in Quebec. The men were ironworkers who helped build bridges and skyscrapers, and who were called skywalkers because of their seeming fearlessness. [12] They worked from the 1930s to the 1970s on special labor contracts as specialists and participated in building the Empire State Building. The construction companies found that the Mohawk ironworkers did not fear heights or dangerous conditions. Their contracts offered lower than average wages to the First Nations people and limited labor union membership. [13] About 10% of all ironworkers in the US are Mohawks, down from about 15% earlier in the 20th century. [14]

The work and home life of Mohawk ironworkers was documented in Don Owen's 1965 National Film Board of Canada documentary High Steel. [15] The Mohawk community that formed in a compact area of Brooklyn, which they called "Little Caughnawaga", after their homeland, is documented in Reaghan Tarbell's Little Caughnawaga: To Brooklyn and Back, shown on PBS in 2008. This community was most active from the 1920s to the 1960s. The families accompanied the men, who were mostly from Kahnawake, together they would return to Kahnawake during the summers. Tarbell is from Kahnawake and was working as a film curator at the George Gustav Heye Center of the National Museum of the American Indian, located in the former Custom House in Lower Manhattan. [16]

Since the mid-20th century, Mohawks have also formed their own construction companies. Others returned to New York projects. Mohawk skywalkers had built the World Trade Center buildings that were destroyed during the September 11 attacks, helped rescue people from the burning towers in 2001, and helped dismantle the remains of the building afterwards. [17] Approximately 200 Mohawk iron workers (out of 2000 total iron workers at the site) participated in rebuilding the One World Trade Center in Lower Manhattan. They typically drive the 360 miles from the Kahnawake reserve on the St. Lawrence River in Quebec to work the week in lower Manhattan, and then return on the weekend to be with their families. A selection of portraits of these Mohawk iron workers were featured in an online photo essay for Le magazine Time in September 2012. [18]

Casinos Edit

Both the elected chiefs and the controversial Warrior Society have encouraged gambling as a means of ensuring tribal self-sufficiency on the various reserves or Indian reservations. Traditional chiefs have tended to oppose gaming on moral grounds and out of fear of corruption and organized crime. Such disputes have also been associated with religious divisions: the traditional chiefs are often associated with the Longhouse tradition, practicing consensus-democratic values, while the Warrior Society has attacked that religion and asserted independence. Meanwhile, the elected chiefs have tended to be associated (though in a much looser and general way) with democratic, legislative and Canadian governmental values.

On October 15, 1993, Governor Mario Cuomo entered into the "Tribal-State Compact Between the St. Regis Mohawk Tribe and the State of New York". The compact allowed the Tribe to conduct gambling, including games such as baccarat, blackjack, craps and roulette, on the Akwesasne Reservation in Franklin County under the Indian Gaming Regulatory Act (IGRA). According to the terms of the 1993 compact, the New York State Racing and Wagering Board, the New York State Police and the St. Regis Mohawk Tribal Gaming Commission were vested with gaming oversight. Law enforcement responsibilities fell under the state police, with some law enforcement matters left to the tribe. As required by IGRA, the compact was approved by the United States Department of the Interior before it took effect. There were several extensions and amendments to this compact, but not all of them were approved by the U.S. Department of the Interior.

On June 12, 2003, the New York Court of Appeals affirmed the lower courts' rulings that Governor Cuomo exceeded his authority by entering into the compact absent legislative authorization and declared the compact void [19] On October 19, 2004, Governor George Pataki signed a bill passed by the State Legislature that ratified the compact as being nunc pro tunc, with some additional minor changes. [20]

In 2008 the Mohawk Nation was working to obtain approval to own and operate a casino in Sullivan County, New York, at Monticello Raceway. The U.S. Department of the Interior disapproved this action although the Mohawks gained Governor Eliot Spitzer's concurrence, subject to the negotiation and approval of either an amendment to the current compact or a new compact. Interior rejected the Mohawks' application to take this land into trust. [21]

In the early 21st century, two legal cases were pending that related to Native American gambling and land claims in New York. The State of New York has expressed similar objections to the Dept. of Interior taking other land into trust for federally recognized tribes, which would establish the land as sovereign Native American territory, on which they might establish new gaming facilities. [22] The other suit contends that the Indian Gaming Regulatory Act violates the Tenth Amendment to the United States Constitution as it is applied in the State of New York. In 2010 it was pending in the United States District Court for the Western District of New York. [23]

Religion Edit

Traditional Mohawk religion is mostly Animist. "Much of the religion is based on a primordial conflict between good and evil." [24] Many Mohawk continue to follow the Longhouse Religion.

In 1632 a band of Jesuit missionaries now known as the Canadian Martyrs led by Isaac Jogues was captured by a party of Mohawks and brought to Ossernenon (now Auriesville, New York). Jogues and company attempted to convert the Mohawks to Catholicism, but the Mohawks took them captive, tortured, abused and killed them. [25] Following their martyrdom, new French Jesuit missionaries arrived and many Mohawks were baptized into the Catholic faith. Ten years after Jogues' death Kateri Tekakwitha, the daughter of a Mohawk chief and Tagaskouita, a Roman Catholic Algonquin woman, was born in Ossernenon and later was canonized as the first Native American saint. Religion became a tool of conflict between the French and British in Mohawk country. The Reformed clergyman Godfridius Dellius also preached among the Mohawks. [26]

Traditional dress Edit

Historically, the traditional hairstyle of Mohawk men, and many men of the other tribes of the Iroquois Confederacy, was to remove most of the hair from the head by plucking (not shaving) tuft by tuft of hair until all that was left was a smaller section, that was worn in a variety of styles, which could vary by community. The women wore their hair long, often dressed with traditional bear grease, or tied back into a single braid.

In traditional dress women often went topless in summer and wore a skirt of deerskin. In colder seasons, women wore a deerskin dress. Men wore a breech cloth of deerskin in summer. In cooler weather, they added deerskin leggings, a deerskin shirt, arm and knee bands, and carried a quill and flint arrow hunting bag. Women and men wore puckered-seam, ankle-wrap moccasins with earrings and necklaces made of shells. Jewelry was also created using porcupine quills such as Wampum belts. For head wear, the men would use a piece of animal fur with attached porcupine quills and features. The women would occasionally wear tiaras of beaded cloth. Later, dress after European contact combined some cloth pieces such as wool trousers and skirts. [27] [28]

Marriage Edit

The Mohawk Nation people have a matrilineal kinship system, with descent and inheritance passed through the female line. Today, the marriage ceremony may follow that of the old tradition or incorporate newer elements, but is still used by many Mohawk Nation marrying couples. Some couples choose to marry in the European manner et the Longhouse manner, with the Longhouse ceremony usually held first. [29]

Communities Edit

Replicas of seventeenth-century longhouses have been built at landmarks and tourist villages, such as Kanata Village, Brantford, Ontario, and Akwesasne's "Tsiionhiakwatha" interpretation village. Other Mohawk Nation Longhouses are found on the Mohawk territory reserves that hold the Mohawk law recitations, ceremonial rites, and Longhouse Religion (or "Code of Handsome Lake"). Ceux-ci inclus:

  • Ohswé꞉ken (Six Nations)[30] First Nation Territory, Ontario holds six Ceremonial Mohawk Community Longhouse.
  • Wáhta[31] First Nation Territory, Ontario holds one Ceremonial Mohawk Community Longhouse.
  • Kenhtè꞉ke (Tyendinaga)[32] First Nation Territory, Ontario holds one Ceremonial Mohawk Community Longhouse.
  • Ahkwesásne[33] First Nation Territory, which straddles the borders of Quebec, Ontario and New York, holds two Mohawk Ceremonial Community Longhouses.
  • Kaʼnehsatà꞉ke First Nation Territory, Quebec holds one Ceremonial Mohawk Community Longhouses.
  • Kahnawà꞉ke[34] First Nation Territory, Quebec holds three Ceremonial Mohawk Community Longhouse.
  • Kanièn꞉ke[35] First Nation Territory, New York State holds one Ceremonial Mohawk Community Longhouse.
  • Kanaʼtsioharà꞉ke[36] First Nation Territory, New York State holds one Ceremonial Mohawk Community Longhouse.


Avertissement

Registration on or use of this site constitutes acceptance of our User Agreement, Privacy Policy and Cookie Statement, and Your California Privacy Rights (each updated 1/1/21).

© 2021 Advance Local Media LLC. All rights reserved (About Us).
The material on this site may not be reproduced, distributed, transmitted, cached or otherwise used, except with the prior written permission of Advance Local.

Community Rules apply to all content you upload or otherwise submit to this site.


Voir la vidéo: New Jersey Assassins vs NY Harlem Gators - Semi-Pro Playoff Football Game - November 29, 2020


Article Précédent

10 voyageurs doutent que vous ne devriez pas perdre votre temps à vous inquiéter

Article Suivant

Les milléniaux se font arnaquer sur le loyer et les prêts étudiants. Voici pourquoi nous devrions nous libérer.