C'est pourquoi ma femme et moi avons séparé les enfants et pris des vacances séparées en famille


Ma fille a plaidé qu'elle voulait «voir une vraie plage», apparemment plus enthousiaste pour les vagues brunes et troubles qui roulaient avec des sédiments à Port Aransas, au Texas, où elle avait passé une grande partie de son enfance. Maintenant, sur le point d'avoir 13 ans, elle avait quelque chose de plus grand en tête. «Comme ça», dit-elle en levant sa tablette et en faisant défiler une série de photos de ce qui semblait être les îles Vierges.

J'ai tout de suite pensé à Tulum sur la péninsule du Yucatán, où auparavant je m'étais détendu lors de voyages en solo après des randonnées à travers les jungles du Chiapas et du Guatemala pour visiter les ruines mayas. Je lui ai raconté le sable blanc comme neige et les bandes d'eau aigue-marine brillante et bleu saphir. Ainsi, j'ai proposé que nous allions tous au Mexique pour les vacances d'été - d'autant plus que j'avais secrètement prévu de faire une autre excursion dans la jungle sur le côté pour visiter plus de ruines.

«Je ne vais pas au Mexique», a déclaré mon fils, un jeune de 15 ans qui préfère la morosité des jours sombres et froids. Même si ce n'était que le mois de mai et nulle part près des éventuels jours de 100 degrés chez nous à Austin, il avait déjà pris l'habitude d'ouvrir la porte, de plisser les yeux au soleil et de grogner avant de retourner dans sa chambre sombre et climatisée.

«Vous savez que je n’aime pas le sable», a ajouté ma femme, l’une des seules personnes au monde à mépriser les plages.

Mon fils a suggéré qu'il serait plus pratique d'aller tous au Canada, où nous avons un bon ami avec qui séjourner à Calgary. «Ce sera moins cher et je peux jouer au hockey avec de vrais Canadiens.

La conversation aurait pu être un point de friction, si notre famille ne s'était pas déjà séparée à deux reprises pour voyager --avec moi emmenant ma fille et ma femme avec mon fils, et vice versa. Il était clair qu'une paire se dirigerait vers le sud en avion, l'autre vers le nord en voiture. (Ma femme déteste aussi les avions.)

La première fois que nous nous sommes séparés, les amis et la famille étaient un peu déconcertés qu'une unité familiale réelle ne passe pas du temps en famille - tous ensemble - pour les grandes vacances. J'ai expliqué les avantages importants de ne pas rester ensemble. L'avantage évident est que vous n'avez pas à vous battre avec des frères et sœurs, ni à vous soucier d'essayer de passer du temps de qualité, seul avec votre conjoint pendant que les enfants pleurnichent: «Je m'ennuie!»

Finis les agendas concurrents où aller et quand, où manger et quoi. Au lieu de cela, lorsque nous, parents, voyagions avec un, nous avons investi notre attention sur cet enfant. Bien sûr, nous aurions des opinions sur les activités que nous aimerions faire, mais généralement, les enfants se rendaient compte de nos humeurs et seraient accommodants.

Cette scission particulière a été un succès spectaculaire. Ma fille et moi avons un peu mélangé les choses, parfois en économisant, parfois en faisant des folies. Nous avons passé trois nuits dans une cabane robuste et étouffante située de l'autre côté de la route principale de la plage, sans brise de l'océan pour chasser les moustiques, et bien sûr avec une variété d'insectes partageant l'espace, y compris des fourmis géantes qui marchaient en lignes errantes sur les rebords des fenêtres. . La première nuit a été brutalement chaude et humide, et ma fille s'est gratté fébrilement les bras et a failli craquer en pleurant. Si ma femme et mon fils avaient été là-bas, cela aurait été un désastre, car nous tombons parfois dans le piège de l'un crier après un enfant qui se plaint et l'autre essayant de le gâter, le tout pendant que le frère fait des remarques sarcastiques sur perdant leur frère ou sœur est.

Au lieu de cela, ma fille a pris une profonde inspiration et a dit: «Je peux le faire. Je peux rester ici. Les nuits suivantes ont été bien meilleures et nous avons passé les journées à faire du vélo, à faire de la plongée avec tuba dans les récifs, à faire du bodyboard, à nager avec les tortues de mer à Akumal à proximité et à visiter de petits restaurants perchés sur des falaises venteuses surplombant les Caraïbes. En récompense de sa persévérance, je nous ai offert une nuit dans un hôtel de style resort avec sa propre plage privée, une piscine ornée d'une cascade et des serveurs itinérants pour amener ma fille Mexican Cokes et, bien sûr, papa sa bière.

Le mot du Canada était que mon fils creusait le hockey, faisait de la randonnée dans les montagnes près de Banff et, comme d'habitude pour son âge, jouait à des jeux vidéo la nuit.

Ma fille et moi avons finalement pris ce détour - six heures en voiture de location au fond des terres à Campeche pour visiter les ruines mayas de Calakmul. C'était un défi de se protéger des milliers de moustiques et de la chaleur suffocante, mais nos évasions étaient les montées intimidantes sur les marches étroites de chaque pyramide pour voir les vastes étendues de cimes des arbres à travers la jungle.

Alors que nous terminions notre voyage dans un petit condo à Akumal, j'ai adoré me détendre avec ma fille, dîner au restaurant et parler à travers le crépuscule et dans le ciel étoilé de notre rencontre avec un barracuda, sa première observation de singes sauvages. , dans quelle mesure elle comprenait réellement l'espagnol et l'incertitude qu'elle ressentait à l'idée de commencer une nouvelle école secondaire à l'automne.

Mais alors que nous nous sommes allongés sur nos lits à regarder Netflix pendant le dernier après-midi, je me suis risqué à lui demander: «As-tu fini de traîner avec moi?»

«Ouais,» dit-elle simplement.

«Ouais», ai-je dit, et nous avons convenu que ce serait formidable d'être à la maison au milieu de la vie mouvementée avec le deux autres.


Le syndrome de la femme walkaway

PARTAGER UN EMAIL TWEET

Au cours des deux dernières décennies, je me suis consacré à aider les couples à régler leurs différences afin de garder leur mariage et leur famille ensemble. Cette passion qui sauve le mariage n'est pas fondée sur des croyances religieuses et je ne pense pas non plus que le divorce soit moralement répréhensible. Mon parti pris pour briser le divorce repose simplement sur ma ferme conviction que la grande majorité des problèmes que les gens rencontrent lorsqu'ils envisagent le divorce sont, sans aucun doute, résolubles. Au fil des ans, j’ai eu d’innombrables expériences pour aider les couples au bord du gouffre à réinvestir dans leur mariage et à retomber amoureux. Cela étant dit, il y a une situation particulière que je trouve particulièrement difficile: le syndrome de la femme walkaway.

Savez-vous que les deux tiers de tous les divorces qui sont déposés dans notre pays le sont par des femmes? Cela ne veut pas dire que les femmes prennent leur engagement envers leur mariage à la légère. Ce n’est pas le cas. La plupart pensent avoir essayé tout ce qui était humainement possible pour changer les choses avant de jeter l'éponge. Néanmoins, les femmes s'éloignent de leur mariage en masse. Pourquoi? Bien qu'il y ait une variété de raisons qui pourraient expliquer cette sortie de masse, il y en a une qui, à mon avis, se démarque des autres.

Pendant les premières années du mariage, une femme a tendance à être la gardienne émotionnelle de sa relation. Elle s'assure que son mariage reste une priorité, insistant sur du temps de qualité ensemble, des conversations significatives et des activités partagées. Quand une femme se sent proche de son mari, tout va bien dans le monde. Cependant, si le mariage passe au second plan par rapport à d'autres engagements, elle poursuit son mari pour plus de connexion en ayant de fréquents entretiens cœur à cœur. Si ces tête-à-tête réussissent, le mariage fleurit. Sinon, ses plaintes ne se limitent plus à son sentiment insignifiant. Elle commence à critiquer de nombreux autres aspects de leur relation. Il entend: «Si j'avais su quel genre de père tu serais, je n'aurais jamais eu d'enfants avec toi» ou «Pourquoi ne peux-tu pas te reprendre après toi? Vous êtes comme l’un des enfants. »

Qu'il suffise de dire que ces plaintes le poussent à peine à vouloir passer plus de temps avec elle. Et donc elle planifie tranquillement sa stratégie de sortie. Elle se dit: «Je partirai quand mon plus jeune ira à l'université, ou« Je vais trouver mon âme sœur et ensuite je quitterai ce mariage »ou« Dès que je pourrai subvenir à mes besoins financièrement, je ' Je suis hors d’ici.

Les stratégies de sortie prennent souvent des années à être exécutées et pendant ce temps, les femmes se concentrent sur le renforcement de leurs ressources et non sur la réparation de leur mariage. L'absence de plaintes fait croire à leurs maris que les choses se sont améliorées, ils sont hors de la niche. «Aucune nouvelle n'est une bonne nouvelle», se disent-ils alors qu'ils continuent inconsciemment de mener des vies séparées. Mais alors le «jour J» arrive et leurs épouses les informent que les mariages sont terminés, provoquant un choc et une dévastation. «Pourquoi ne m'as-tu pas dit que tu étais si malheureux», protestent ces hommes, des mots qui ont finalement cloué le cercueil conjugal. C'est alors qu'ils commencent à reconnaître l'importance de leurs épouses et de leurs enfants. Ils désespèrent désespérément de sauver leurs mariages.

On dit que les gens ne changent pas tant qu’ils n’ont pas touché le fond. Je peux vous dire de première main que le fond ne descend pas plus bas que la terre sous les pieds de ces hommes. La menace de divorce engendre une véritable introspection. Ce sont les hommes qui planifient facilement des rendez-vous pour une thérapie, s'inscrivent à des séminaires sur le mariage, lisent tous les livres d'auto-assistance qu'ils peuvent, recherchent un lien spirituel et risquent même de devenir vulnérables en discutant du mot f (sentiments) avec leurs amis et leur famille. Peu à peu, elles deviennent les maris dont ces femmes avaient besoin.

Mais pour tant de femmes, c'est «trop peu, trop tard» ou «je sais que cela ne va pas durer. Si je reste dans ce mariage, vous reviendrez à vos vieilles manigances », ce qui, bien que tout à fait compréhensible, n'en est pas moins tragique. C’est parce que, plutôt que de simuler un «comportement approprié du mari», la plupart de ces hommes subissent sincèrement une transformation personnelle qui change à jamais leurs priorités. Ils font généralement d'excellents seconds maris. Chaque fois qu’une femme ou son mari presque en fuite entre dans mon bureau, je suis déterminé à faire ce que je peux pour ouvrir son cœur et son esprit pour voir les changements profonds chez son homme. J'ai souvent du succès, mais c'est l'un des nœuds cliniques les plus délicats à dénouer. Je préférerais de beaucoup que les couples comprennent vraiment le concept selon lequel le temps passé ensemble est de la plus haute importance et que le fait de se retourner, bien que bien intentionné, se retourne presque toujours. C’est pourquoi je suis un fervent partisan de l’éducation conjugale. Tomber amoureux est facile. Rester amoureux est une autre affaire. Les gens ont besoin d'informations et de compétences pour rester amoureux. Si je pouvais faire ce que je voulais, je m'apprendrais sans emploi.

PARTAGER UN EMAIL TWEET

Michele Weiner-Davis Fondatrice

Michele Weiner-DavisFondatrice de DivorceBusting.com

Donc pas vrai

Je suis mariée depuis 19 ans au même homme et nous avons 6 enfants. J'ai vécu 4 ans de counselling matrimonial et RIEN n'a changé .. la dernière chose que notre conseiller m'a dit était que vous avez le choix de vous faire, vous pouvez rester en sachant qu'il ne changera pas et ne fera pas de vous une priorité ou vous pouvez obtenir et continuez avec votre vie. c'était il y a deux ans. J'ai récemment décidé de sortir de ce mariage sans amour et de poursuivre ma vie en travaillant à me rendre heureuse. Mon futur ex mari a trouvé ce site et veut maintenant que je "abatte mon mur" pour qu'il puisse faire des changements .. et je me fiche vraiment des changements qu'il fait, je ne l'aime plus .. et encore moins je ne le fais pas Je ne l’aime pas non plus. Je n'ai pas l'impression d'avoir un syndrome. J'ai le sentiment d'avoir abandonné 19 ans de ma vie pour rendre un homme heureux et je n'ai rien obtenu en retour.

Vous n'êtes PAS un WAW

Je ressens ta douleur. Vous avez fait connaître vos problèmes et êtes allé chez MC pendant des années. L'échec du mariage est sur lui. Pour moi cependant, je lui donnerais une dernière chance parce que peut-être qu'il lui a fallu beaucoup plus de temps pour réaliser la gravité de votre malheur. Il aurait dû se réveiller il y a longtemps, je comprends.

Pour moi, le WAW est celui qui ne va PAS à MC, laisse seulement des indices subtils d'être "malheureux" au fil du temps, puis se réveille un jour et dit: "c'est fini, je suis hors d'ici" et ne donne jamais à son conjoint une chance de combat pour sauver le mariage.

Il y a un nombre ÉNORME de femmes qui ne veulent PAS faire le TRAVAIL requis pour réparer le mariage et ne voient que les avantages de se débarrasser de leur conjoint, d'obtenir un bon règlement financier et d'être de nouveau célibataire. Genre de "frapper le bouton de réinitialisation" pour ainsi dire.

Ces femmes me mystifient. Si égoïste. Ils ne se soucient pas de l'impact sur leur conjoint ou leurs enfants. C'est "tout à propos d'eux". Une honte.

Ne nous regroupons pas tous ensemble

Sans connaître tous les détails d'une relation, vous ne pouvez pas simplement dire que les épouses qui s'en vont ne veulent pas passer par le travail pour réparer un mariage. Et si le mari ne veut pas faire les travaux pour y remédier. Je suis marié depuis plus de 20 ans. Mon mari a une sorte d '«épisode» à chaque fois que nous devons faire quoi que ce soit avec mon côté de la famille, pour qu'il commence une bagarre, ce qu'il dit alors que c'est de ma faute parce que je l'ai poussé. Il a des épisodes parce qu'il est diabétique et quand il a besoin de manger, il ne le reconnaît pas. Il s'est éloigné de nous quand nous sommes en vacances parce que nous ne lui avons pas répondu assez rapidement ou qu'il n'a pas aimé notre réponse. Il est manipulateur. J'ai deux adolescents qui le voient et ne le comprennent pas. Je sens que j'ai permis à son mauvais comportement pendant des années en essayant de `` faire plaisir '' quand il a ces crises de colère, et cela me laisse me sentir moins en tant que personne et je me demande ce que je fais à mes enfants. Je prévois de partir une fois que je pourrai avoir un plan. Il ne le prendra pas bien mais je garantis qu'il sera également méchant et méchant à propos de tout cela. J'aurais dû partir il y a longtemps, mais j'avais toujours peur qu'il mêle les enfants à ses sentiments pour moi, alors je ne l'ai pas fait. Il a ses moments où il est un bon parent, mais aussi ceux où il n'est pas. J'ai donc attendu, mais quelques incidents récents ont été la goutte d'eau. Alors ne blâmez pas toujours la femme. Parfois, nous nous sentons pris au piège et nous n'avons pas d'autre choix que de faire les choses de cette façon.

Ne nous regroupez pas

Ma réponse dans le contexte où j'étais cet homme et j'ai vécu cette vie
J'étais ce mari que vous décrivez tant, j'ai commencé à faire le travail et à faire de vrais changements. Ceux que votre âme embrasse et aiment pour votre famille deviennent la force motrice. J'ai commencé à m'analyser moi-même et à tout ce que je pouvais faire mieux et à approfondir l'auto-évaluation de mes actions, ce qui
commencé un an avant votre départ, j'ai pu ouvrir mon cœur et le faire pour moi-même pour rendre nos vies cohérentes et saines. J'ai appris qu'il existe une meilleure façon de communiquer basée sur tout l'amour et la compréhension que vous m'avez montré au fil des ans. J'ai lutté avec le diabétique
à certains moments et aurait dû être plus cohérent avec les mises à jour de l'alimentation et des médicaments. J'ai apprécié toutes les fois où vous prépariez mon déjeuner et vous assurez que je mangeais de manière consistante et saine.
Vous savez que j'ai abandonné les actions manipulatrices parce qu'elles ne sont pas saines et j'ai pris de vraies mesures à travers le spiritulisme et le counselling afin que ce ne soit pas une rupture dans nos sentiments et nos relations. J'ai passé la majeure partie de l'année avant que vous ne quittiez la maison à essayer de comprendre la douleur que j'ai causée à nos enfants adolescents et de rétablir et d'expliquer les moments où je n'étais pas connecté et absent de leur croissance. Mon amour pour vous et la famille a été ma force motrice pour laisser partir la douleur d'une enfance douloureuse et ne plus jamais laisser son influence sur notre environnement familial.
J'ignorais certaines des choses qui n'allaient pas et nécessitaient des limites. Lorsque vous avez mis des limites fermement en place, je pense que vous avez été surpris de voir à quel point cela m'a ouvert les yeux. J'ai écouté. Étant donné le changement que j'ai continué après votre départ, je n'ai jamais voulu que vous sentiez que vous deviez faire du bien. J'ai réalisé que je parlais par-dessus ta voix et c'est ta voix qui fait fondre mon cœur. Je suis tombé amoureux de la personne forte et indépendante que vous étiez. Vous avez changé pendant votre relation et j'accepte que vous ayez besoin d'être vous. Je reconnais que ce n'était pas le message que j'envoyais. J'ai appris à ressentir une réelle émotion et une empathie pour reconnaître pleinement les besoins émotionnels d'une famille en bonne santé en détruisant tous les murs autour de moi qui se sont construits au fil des ans. J'ai été coupable dans le passé de trouver des excuses pour rendre visite à ma famille. Ces dernières années, j'ai tissé des liens avec votre famille et j'aime aller les voir. Je ne t'ai pas bien emmené en partant à ton appartement avec les garçons, mais je ne me suis jamais tourné vers la colère et j'ai seulement exprimé de la peine. J'ai exprimé les actions continues que je prendrais pour ne plus jamais nous replonger dans cet événement inconsistant. Nous avons tous les deux commis des erreurs, je me suis avancé et j'ai reconnu mes lacunes. En fin de compte, vous avez décidé que votre vœu de ne pas ouvrir votre cœur à votre grand amour était plus grand que les vœux de mariage. Il a fallu du courage pour surmonter et affronter mes peurs et espérer un jour que vous pourrez faire de même et reconnaître que je ferai chaque jour le travail qui est
nécessaire pour réparer un mariage et restaurer la confiance perdue et promouvoir l'amour, le respect, la foi et l'engagement.
Les changements sont réels et vous me manquez tous tous les jours. Je sais que vous êtes en sécurité. Il en faut deux pour résoudre les problèmes de mariage et nous n'avons pas toujours été sur la même longueur d'onde. J'ai avancé de plusieurs pages et si vous pouviez en revenir une, ensemble nous pourrons réécrire la fin de cette histoire. Tu es tellement en colère quand j'essaye de te parler. Je suis Sry, je n'ai pas fait plus tôt et je n'étais que la personne que j'étais ce jour-là. Cela fait mal tous les jours de rentrer à la maison et la maison est vide et pas remplie de vie. Je continuerai à vous montrer et à vous dire combien je vous aime, vous et les garçons. J'ai toujours travaillé dur et vous ai soutenu, le travail que je fais maintenant est beaucoup plus gratifiant que n'importe quel travail, c'est pour la chose la plus précieuse de la vie. Famille .

RE: Ne groupez pas ensemble

Je suis tellement touché par votre message à votre femme et à vos enfants.Je suis un homme de 48 ans et ma femme de 13 ans s'est enfuie sur mes enfants et moi-même et c'était au pire moment de ma vie qu'elle était alcoolique et Je suis sûr que je n'étais pas facile à vivre, mais ça a fait de moi un homme meilleur et j'ai le sentiment que mes enfants étaient mieux lotis. de toute façon je ressens ta douleur et je suis heureux pour toi que tu aies vécu tout ça et que tu sois devenu un homme meilleur pour ça j'espère que ta femme pourra voir ce que tu as fait pour t'améliorer et trouver dans son cœur d'essayer de faire le travail de famille que dieu la bénisse pour avoir traité toutes les conneries pendant toutes ces années et si elle lit ceci, je sens vraiment que votre ex mari a pris les bonnes mesures pour devenir un meilleur mari et un meilleur père, mais surtout un meilleur homme, VEUILLEZ le trouver dans votre cœur d'essayer de remettre cette famille en ordre? Dieu vous protège

La plupart des gars souhaitent

La plupart des hommes souhaiteraient que leur femme se dépose d'eux et leur laisse les enfants. Les femmes sont extrêmement haineuses lorsqu'elles ont un pouvoir de garde

Absolument vrai.

La plupart des hommes souhaiteraient que leur femme se dépose d'eux et leur laisse les enfants. Les femmes sont extrêmement haineuses lorsqu'elles ont un pouvoir de garde

La pire chose que je puisse souhaiter à un enfant en dehors des actes criminels évidents. est de confier la garde exclusive à la mère qui s'est enfuie. Il faut une famille pour élever un enfant, et en tant qu'homme qui a grandi sans père, je peux vous dire que j'ai eu beaucoup de mal à sortir de la chambre d'écho où se trouvaient ma mère et ses amis. Les femmes ne s'en rendent pas compte. (S'ils le font, c'est pire.) mais quand vous vous réunissez et dénigrez le père de l'enfant, ou les garçons / hommes en général, vous réduisez le respect que l'enfant a pour vous plus tard dans la vie.

Si la merde stupide comme laisser les chaussettes sur le sol vous ennuie au point que vous voulez manquer et oser le 20 plus proche quelque chose, vous n'êtes pas apte à être une femme, encore moins une mère.

> Si de la merde stupide comme partir

> Si une merde stupide comme laisser les chaussettes sur le sol vous ennuie au point que vous voulez vous en ruiner et oser le 20 plus proche, vous n'êtes pas apte à être une femme, encore moins une mère.

Dans un partenariat fonctionnel, lorsqu'un partenaire est agacé par quelque chose de facile à réparer en 5 secondes et généralement accepté comme un comportement normal, l'autre respecte cela. Quand l'un des partenaires décide que cela ne vaut pas la peine, parce que peu importe, l'autre doit se détacher émotionnellement. Être vérifié et vérifié émotionnellement est ce qui permet de dire le mot de divorce. C'est en ignorant ses ennuis qui l'ont fait. Petit à petit, morceau par morceau, elle a fini par accepter le fait que le partenaire ne se soucie pas de ce qui l'ennuie. Finalement, elle apprend à ne pas se soucier que son partenaire s'en moque.

Avant de dire le divorce, elle doit accepter les conséquences, sinon il serait stupide de risquer le mariage qui vous tient à cœur. Mais, une fois que vous êtes d'accord avec ces conséquences et que vous êtes d'accord avec l'idée de la fin du mariage, il suffit de suivre un plan. À ce stade, c'est fait et fini. Si ce n'était pas fini, elle ne demanderait pas le divorce, elle vous demanderait de ranger des chaussettes ou autre.

À ce moment-là, elle a accepté le fait que son partenaire ne se soucie pas de ses sentiments - les changements après cela sont de toute façon le résultat d'un jeu de puissance. Revenir et changer d'opinion après cela équivaut à utiliser la menace de divorce pour se débrouiller. À ce stade, la seule façon de ne pas être manipulateur et de ne pas être accusé est de faire un suivi.

Enfin, la plupart d'entre eux n'oseront pas les jeunes mecs de 20 ans. Ils ne seront pas non plus désespérés pour des partenaires du même âge. C'est juste un souhait de vengeance. La plupart d'entre eux vivront sans partenaire et avec moins d'argent que pendant le mariage, mais aussi plus heureux parce qu'ils ne se soucieront plus de la relation.

Merde stupide comme des chaussettes?

Je suis à peu près certain qu'aucun humain ne divorcerait de son SO pour quelque chose comme des chaussettes sur le sol, ce qui rend cet article tout aussi stupide.

Être traité comme moins qu'un abus émotionnel et psychologique quotidien égal, avec des abus physiques occasionnés de temps en temps, cela ressemble plus à cela. Le problème est que l'OS qui abuse de son conjoint ne voit pas son comportement comme abusif, alors quand son SO s'en va, il est sidéré. ILS n'ont rien fait de mal! Leur SO était juste méchant et en a profité. En général, les agresseurs croient qu'ils ont tout donné, et le conjoint qui s'est éloigné était cruel. Non. Le SO qui s'est éloigné était préoccupé par l'auto-préservation.

J'ai senti mon mari raisonner

J'ai senti que la raison de mon mari en 1987 de m'avoir poussé dans un bus pour un voyage de 900 miles vers ma mère était vraiment stupide, c'était parce qu'il sentait que j'avais rompu toutes les promesses de notre mariage, mes raisons de ne pas tenir parole étaient que si je le faisais, cela causerait beaucoup de tort à la société et à la communauté dans lesquelles nous vivions.

Avec son père et d'autres, le gardant à son poste pendant les deux ans que j'ai passés chez mes mères jusqu'à l'audience de dissolution où le juge se protégeait de devoir me faire pupille de l'État en raison de problèmes bipolaires et causer une ponction sur le contribuable , le juge a déclaré la demande de divorce de mon mari sans objet et a refusé le divorce, disant à mon mari qu'il ferait mieux d'apprendre à négocier une manière différente d'obtenir ce qu'il voulait, à la fois dans la communauté et dans notre mariage et cesser d'être un perturbateur, montrer un peu compassion et essayez les choses comme tout le monde le voulait, arrêtez d'être un homme étrange dans la communauté et essayez d'arranger les choses d'une manière qui soit un avantage pour la société ou voulait-il une accusation d'outrage.

Mon mari en colère qui était sur le point de sortir du tribunal s'est tourné vers moi, le juge, ses parents et ma mère, il a dit allez-y et emprisonnez-le, il se reposerait bien, renvoyé de l'usine, ce serait se débarrasser de la raison pour laquelle il ne pouvait pas divorcer, de son bon salaire et de l'assurance fournie. Il nous a tous regardés et nous a dit qu'il n'avait que mépris pour le lot d'entre nous et de la communauté dans laquelle nous vivions. Il est sorti du tribunal, laissant tout le monde choqué, ce qui était encore plus choquant, c'était la façon dont il avait vécu le dernier deux ans alors que j'étais chez mes mères, il avait vendu la camionnette que nous avions tout entreposé pour que je l'emporte lorsque le divorce était définitif, il avait renoncé à tout ce qui disait du confort pour créer un compte d'épargne pour me donner et être définitivement débarrassé de moi, il vivait dans un vieux mobile 12x55 qui était plus âgé qu'il ne payait 75 par mois de loyer 35 par mois dans les services publics, il n'y avait pas de câble ni de télévision qu'il avait mis en stock, il avait fermé les deux chambres en laissant le cuisine salon et salle de bain comme les seuls espaces qu'il devait chauffer avec deux petits radiateurs en céramique, il cuisinait et mangeait dans la même poêle à moins qu'il n'ait tout simplement pas envie de cuisiner, auquel cas il avait un stock de c ration qui était dans certains cas encore plus vieux que la maison dans laquelle il vivait, Pour se rafraîchir dans le l'été, il avait un ventilateur de boîte dans la fenêtre près de l'évier et il dormait toujours sous un ensemble de draps blancs avec un sac de couchage qui était enroulé en été et son tapis de mousse d'un pouce d'épaisseur.

Le transport vers et depuis le travail était un pick-up GMC âgé de 20 ans qu'il avait acheté à un dépôt de ferraille pour 50 dollars, il était littéralement maintenu ensemble par du fil de fer et du ruban adhésif, quand ma mère et moi avons finalement été emmenés là où il vivait. par son plus jeune frère c'était propre et soigné, il a offert à ma mère la seule chaise à la place une chaise pliante en métal, nous lui avons demandé s'il avait l'intention de me faire vivre comme ça, il a dit ce qui n'allait pas, il allait tout simplement recommencer après que le divorce était définitif, mais maintenant il n'y avait aucune chance pour une nouvelle vie. J'ai pris le 30000 qui m'avait été envoyé comme entretien, je suis allé à la banque et j'ai découvert que mon nom avait été ajouté sur les comptes. J'ai déposé le montant total que mon mari n'avait pas utilisé de chèques, alors j'en ai reçu un nouveau paquet et j'ai parlé au directeur immobilier de la banque.En bordure de la ville, la banque avait une maison qu'ils voulaient sous-traiter car elle était restée vacante pendant 4 ans. ans, personne n'aimait l'emplacement car il y avait des champs agricoles à l'arrière et la ville en face et une voie ferrée à 800 mètres, mais c'était 1000 fois mieux que l'endroit où vivait mon mari, il y avait la climatisation une énorme cheminée centrale dans la maison où je suis allé et rencontré mon mari pour le petit déjeuner le lendemain matin pour. Je lui ai montré la maison de 80000 dollars quand nous avons eu terminé, mon mari a offert 60000 que la banque a pris avec la moitié de la mise et le reste à 10% d'intérêt, mon mari m'a remis les clés de stockage a dit à ma mère et moi qu'il était fatigué et avait un quart de travail à venir en 4 heures, nous avons couru partout en mettant le câble téléphonique au gaz et à l'électricité, avons parlé à un déménageur local pour faire nettoyer le stockage et emménagé dans la maison, nous sommes allés à cet horrible mobile et avons tout jeté sauf le radio-réveil, Quand mon mari est mort, il Cela faisait 45 ans qu'il l'avait acheté dans un quartier de Montgomery et cela fonctionne toujours à haute gamme.La dernière femme avec laquelle il a passé du temps réel vit toujours là-bas et chérit tout ce qu'il a laissé là-bas, et me reproche toujours de ne pas être la femme que je devrais a été.

Je devrais dire ce que j'avais promis en 1987 et le mot que j'ai rompu, après les choses que son père et d'autres m'ont racontées du lycée, puis son retour pour terminer son diplôme. Son refus continu de se plier à l'ordre social et à la façon dont les choses étaient dans la hiérarchie sociale.

Quand il est rentré de l'armée de base et de la première partie de son école à l'automne 1972, il est retourné dans l'équipe de football et lui et trois autres personnes âgées ont décidé que quatre étudiants de deuxième année n'obtenaient pas leur poste de regard parce que papa faisait partie de la commission scolaire. , ils allaient devoir gagner le poste.Lorsque les quatre seniors ont été informés qu'ils allaient rejoindre l'équipe b pour des besoins politiques la veille du premier match, les seniors sont entrés dans la mêlée d'avant-match pour chasser les plus jeunes du terrain. Les obligeant à arrêter de peur pour leur vie. Juste deux ans avant la mort de sa mère et de son père et cinq ans avant sa mort des complications de la maladie de Parkinson La vérité sur cette terrible journée est sortie pleinement, ce que nous avons découvert que sa mère jurait si elle avait su ce que son père avait commencé cette nuit-là, elle aurait a commencé avec son père et a emmené ses amis et chacun de ses amis avec un couperet, pour punir son fils aîné et lui dire qu'il y avait des gens dans des positions qui avaient le droit de le mettre dans un endroit qu'il ne voulait pas simplement parce qu'ils étaient mieux né, et il devait respecter cela, son propre père et les quatre autres pères de la commission scolaire ont décidé que sa punition devait être attachée à un arbre et fouettée avec un cordon de recouvrement jusqu'à ce qu'il hurle qu'il était désolé. Ils l'ont essuyé jusqu'à ce qu'il soit coupé à la colonne vertébrale et aux côtes, lui demandant de dire qu'il était désolé, puis ils ont couru après avoir vu qu'il s'était évanoui sans même un gémissement.

Son père a admis qu'il avait emporté un nouvel ensemble de vêtements noirs là où ils l'avaient laissé le lendemain matin et l'avait coupé, Il a également dit qu'il avait dit à son fils de garder la bouche fermée sur ce qui s'était passé, il avait juste besoin d'une leçon sur droits et responsabilité, dans une société dont il se souviendrait, Il nous a également dit que mon mari a dit que plus jamais personne ne lui mettrait la main ou ne le forcerait à faire ce qu'il avait le droit d'arrêter, car ils pourraient être morts après les pupilles.

Le 23 décembre 1999, lorsqu'un député a tenté de menotter mon mari juste pour l'empêcher de m'accompagner aux célébrations du millénaire à Munich, il y en avait trop qui voulaient ce temps libre, la plupart qui auraient dû travailler avaient aussi une famille qui allait divers lieux, Le juge qui a décidé que mon mari devait être détenu sans inculpation. J'avais trois fils dans le département de mon mari avec moins de dix ans d'ancienneté auprès de mon mari25, Si mon mari prenait les vacances et y partait, il y avait plus de 80% de chances que deux d'entre eux ne puissent pas aller en Australie avec la famille pour voir le plus jeune frère qui était l'armée de l'air stationnée là-bas, ils se réunissaient tous à Sydney. C'était un pandémonium devant notre maison pendant dix minutes, le premier adjoint a dit à mon mari de fermer car il n'y avait pas de mandat d'arrêt ou besoin de produire un jugement car il n'était pas détenu en tant qu'invité du comté, il était juste arrêté de faire ce qu'il voulait.

Mon mari a aplati l'adjoint et son partenaire et deux autres personnes alors que le renfort le mettait à genoux.Je jurais que quand je suis rentré à la maison le 5 janvier, il pourrait faire ce qu'il voulait, puis arrêtez de résister s'il vous plaît, il aurait le temps faire ce qu'il voulait à notre retour. il a passé les deux semaines suivantes à battre le personnel de la prison, commettant un péché que son père et d'autres considéraient comme la trahison ultime envers la communauté, il était allé à l'ACLU pour essayer de revendiquer tous ses droits, ils n'aimaient pas ça. il les impliquait dans ce qui était une bataille familiale pour les droits et après qu'ils l'ont fait sortir de prison une semaine avant que nous ne nous attendions et que la vie des juges ait été ruinée, ils sont retournés à d'autres préoccupations, mais ils ont laissé à moi et à sa famille un problème que mon mari allait avoir la vie qu'il voulait ou il y aurait un enfer à payer. Cela a commencé avant notre retour pour son 45e anniversaire.

Après notre départ, nous savions que rentrer à la maison allait être un mauvais moment. Nous avions contacté le président de son syndicat local qui nous a dit que nous devrions trouver un trou profond et le tirer après nous et prier pour que mon mari n'ait jamais trouvé où creuser, son père a demandé ce que nous avions fait pour rendre les choses aussi mauvaises, sa mère l'a giflé. et lui a dit que nous avions tous enlevé toute pensée qu'il était tout sauf un robot, censé faire ce que nous voulions jour après jour, son père a mérité une autre gifle quand il a dit que nous avions essayé de lui faire envisager de changer les choses quand personne d'autre voulait la façon dont ils avaient besoin de temps libre ,. He was just to damn stubborn to see he was the last to be considered because he was on the floor and everyone else was higher on in the community That was said on the 3rd of January 2000 right after we made the call to find out what we were coming home to after having my husband jailed simply to keep him from ruining five lesser seniority plans. We made plans, came back with a very expensive christmas/birthday gift, I had brouchures I grabbed leaving on the flight to Germany with the seat that he had bought for himself empty..

They were adds for various places and ways to have vacations, places to have a honey moon and privacy, I knew it was 19 years after the fact of our wedding which was that day, I could not get a holiday made on that short notice that involved a flight and Reservations at a nice tropical location, but I found something that was a short four hour drive and across a very long bridge on the straights of Mackinac. It was a B and B which was paid by his father at his mothers insistence to replace the non refundable fight he had paid for, We saw a very nice electronics store and we all chipped in to buy a 1300 euro clock we had programed with pictures of what we did and saw in changing scenes. We were thinking snice he could not come he could at least see what we did, We discovered that gift was not the best of ideas. A coworker that should have worked wanted to make a gesture of peace on the third when he went to the marshal Islands to be the first to see the new year in on a cruise ship just on the other side of the international date line. He went up to show my husband that his staying and working in his place meant so much to him and his new wife of seven months.

He was trying to show him the pictures of how him and his wife spent the holiday, We heard my husband just growled at him and told him to stop rubbing the fact he had less than three years to his 25 and he had not had a day off since 1981, he threw the man and his pictures out into the jittny isle yelled loud enough for everyone to hear he had not worked because they needed it for their own needs or any charitable feelings about it, He had been illegaly forced and kept in a cell when he was not in the plant for two weeks. I was contacted by the vice president in charge of HR out of Detroit, and asked two weeks after we landed to see if I could get my husband to voluntarily admit himself to a mental health facility., he was not being nice to any one in his department, he had even refused to talk to the plant manager and accept the apology and the extra time off that had been arranged since he was not supposed to work, All I did was break down in tears telling him of how me and his family were greeted the day we landed, It was the meanest and nastiest greeting because he had been forced to stay home and work when both by contract and by constitutional right he had the right to go, I told him since the second he climbed back into his suburban dumping our luggage in the mud of a ditch and told me to find my own way home and left me standing in front of his fathers with his mother, sister me and his aunt crying about the two demonstrations of what he thought first of his own wife, then his family, father, and the community I did not know if I went into his room if I would not end up dead, He had not cooled down below a very hot flame since we left,

The doctors we finally got him to talk to all said the same , that we had treated him as a slave and piggy bank that if we continued to try and force him out of his high seniority right just because someone else felt special circumstance for being born, they all said something else, that we needed to get him in for ct scans and mris in his head because he was controlling the headaches with massive doses of Tylenol and that was not phsyco semantic.

On july 31st 2001 his foreman was getting everyone together and telling them she needed people to work my husbands job for three months, He needed a rest and had the time to take the summer months off as he requested in April, but she had denied his vacation request not knowing since she was new at that time what had transpired since 2000.hen she looked out on the production floor to see my husband holding a man off the floor by his throat, That man had bounced a half inch allen wrench off his machine yelling at the bolt he striped, It hit my husband in the head, A half hour latter he was on his way ti a endoscopic neuro surgery after a silver dollar sized quarter inch thick tumor was found to be blocking the cerebral spinal fluid from going any where else, creating a dangerous condition called hydrocephalus, or brain swelling. it took coring a section of his scull out and a mind not drilling through his brain to get to the tumor to remove it. it also was involved with the major brain artery, He had a 1 in 10000 chance of surviving the surgery but it was a hail Mary as the surgeon said, His father yelled for Christ sake it just a bad headache, the surgeon said then he was dead within two days, His mother signed the treatment slip because I froze trying to think of who was right she told his father if he did not like it go home. he did and 21 hours later the doctor came out telling us he was in recovery that he would go home in two days but needed 90 days of recovery, On August 6th I was shoved aside and his father and three others went into his room and yanked him off his mat and making him get dressed for work, They said if he could come home he could work and stand, one of the other men said he was damned if he was going to give up his vacation with his kids, I had no idea that the law said that his doctor had to release him back to work, his father and the other three men did not care, After I heard screaming and more than seven hard crashs come out of his room and on man screaming and crying, A oak bookcase was pulled over trapping him under it with both his legs broken, A old vic 20 keyboard ended up in my husnands hand and used edge on to knock every tooth out of anither mans face and left the keyboard lodged between his broken jaws, I head his father screaming do that again and he would not like what happened His father and the last man came out with their faces badly bruised and every time my husband got loose his elbows would strike repeated times., All the way into the plant his father and the last man got hit, kicked, kneed even run into against cinder block walls as the plant security tried to get things under control, It took my husbands very pretty foreman to stop him, when she bough a chair out of the office to sit and the three that participated in the abduction were sent to HR for determination of status. weather or not termination was in order, the two that left in an ambulance went three weeks later.

All three were furloughed for a year and then transferred to flu cleaning and restart of gathering seniority back, I think they would have rathered the termination.

three months later that I was again begging to keep peace in the community, I was asking why he could not wait two weeks for a new bid list to be posted and select a job from that list, It was going to cover both the new plant and the one he was in. I asked why it had to be a clean cool position in a repair parts crib on 3rd shift, I was on my knees begging him to pull his bid for the county commissioners son to fill.

His father after my husband left me crying on my knees telling me to go o hell. Said he was tired of his sons disrespect to those better than him, they were not going to let him tell them to go to hell. the next morning I saw my husband grin ear to ear as he broke four men in what was not a real contest. he left all four badly hurt. Critical care unit hurt. I was laying under the front door and frame after he kicked it in breaking my leg, He did not care about nearly knocking his fathers head off when he slapped his son for a flippant reply about why those men and his wife had to be hurt over a lousy job. My husband stood over him and yelled at him he knew what would happen if any one decided he was to be forced against his will.

The next eight years was we would try and force him to try things our way and always he would retaliate with terrible consequences 2004 and 2006 i would already be crying telling him he would get his passport back on Christmas day just tell me the kind of vacation and holiday replacement he would like 2006 I was laying on the pavement trying to catch my breath after getting my husbands size 13 in my belly his father was even more luckless being body slammed to the pavement with the demand to return my husbands property that we had stolen, He was never nice about asking for its return or waiting for it to be returned. In 2009 it was even worse about our canceling him off the orient express that May. He dislocated my shoulder yelling we had no right, then he jumped on his father trying to srangle the life out of him just because he would not consider the time we chose for him to take off in mid winter.

Shouldn't a whole family have the right to decide when a man takes his holiday and vacation time. And not be torn to pieces over it. screamed at and cussed at for trying to make a nice way for all, when there were other time options a man could try. I just wanted him to try after the new year one time, then if he still did not like it I would have dropped it but it was like dealing with a child he had to have it his way, instead of not understanding not everything could be handled under the rules of union seniority. and just trying things a different peaceful way.


JetBlue Family Pooling: 5 Things I Wish I’d Known Before Setting up Family Points

Christine Sarkis

There's a 95 percent chance Senior Editor Christine Sarkis is thinking about travel right now. Follow her on Instagram @postcartography and Twitter @ChristineSarkis.

Christine Sarkis is an SATW-award-winning journalist and executive editor at SmarterTravel. Her stories have also appeared on USA Today, Conde Nast Traveler, Huffington Post, and Business Insider. Her advice has been featured in dozens of print and online publications including Le New York Times, Conde Nast Traveler, et Gens magazine. She has also shared travel tips on television and radio shows including Good Morning America, Marketplace, and Here & Now. Her work has been published in the anthologies Spain from a Backpack et The Best Women's Travel Writing 2008. She is currently working on a travel memoir.

The Handy Item I Always Pack: The Trtl Pillow. It's easy to pack and comfortable, and makes it so I can actually sleep on flights.

Ultimate Bucket List Experience: Seeing the Aurora Borealis from the comfort of somewhere warm, like a glass igloo or hot spring.

Travel Motto: Curiosity is an amazing compass.

Aisle, Window, or Middle Seat: Aisle all the way.

Traveling with a crowd isn’t cheap, so it makes perfect sense that families planning vacations would want to make the most of all their resources—including frequent-flyer awards. It’s that impulse to maximize points that drew me to the JetBlue Family Pooling program.

My kids travel with me sometimes. They don’t really rack up the miles, but it would be nice to put their occasional points to use. And that’s just what the JetBlue Family Pooling program offers: the chance to consolidate points to increase our rewards power and make travel a little more affordable.

Two additional features of the JetBlue family points program appealed to me as well. Family Pooling allows my spouse and me to move points back and forth, and it gives me (as the primary organizer of all things travel in our house) a single dashboard for points management when my family flies JetBlue.


For the kids?

If being in an unsatisfying relationship won't make you happier than being single, and if the social stigma against single-hood is as invalid as many other social stigmas, then why would you stay in a relationship that doesn't make you happy? There's a third motivation that keeps many parents trapped in bad relationships--they don't want to traumatize their children by splitting up. But again, the research suggests that "staying together for the kids" is likely the wrong decision. In a U.K. poll, 514 young people, ages 14 to 22 were surveyed about their parents' breakup and its aftermath. Eighty-two percent said they were better off with their parents apart than if they had stayed together in an unhappy marriage. The findings seem to suggest that seeing one's parents in constant conflict is more traumatic for children than seeing them split up.

Even parents who make sure not to argue in front of the kids probably aren't doing those kids any favors by staying together if they're unhappy. It's notoriously difficult to fool the children in your household into thinking you're happy in your marriage when you're not. And when children grow up they tend to emulate what their parents did. So if your children saw you stay in an unhappy relationship, chances are that's what they'll do, too. They may set that same example for their own children as well. Which means that by staying when you want to leave, you could be creating a legacy of misery in bad relationships that endures through several generations.

These days, separating parents are increasingly trying out novel solutions for ending their romantic relationships while maintaining stability for the kids. In a "parenting marriage," parents morph from a couple into best friends/roommates/co-parents, continuing to share their home with their children while acknowledging each other's independence to pursue their own lives, including dating other people.

Obviously, that's not for everyone, but there are a wide variety of options that keep kids connected to both parents without forcing those parents to stay in an unhappy relationship. I experienced this myself. When my mother left my father, she moved only four blocks away so that I could easily go back and forth between their two homes. They coordinated on everything and frequently had dinner together with me. Sometimes we even went on family vacations together. Another couple I know split up a few years ago but they are coaching their very athletic children together on their various sports teams.

There's no one right answer to how to dissolve an unsatisfying relationship, especially when there are children involved. But there is one right answer to the question of whether or not you should. If you've tried your best and you know things won't get better, then move on. You'll be better off on your own. And you'll be giving yourself the chance to find someone new.


Voir la vidéo: Cest mon choix Replay - Ma famille, quelle histoire!


Article Précédent

5 façons dont j'ai appris à ne plus m'inquiéter et à aimer le Bronx

Article Suivant

9 raisons indéniables que votre prochaine destination de ski doit être Banff